Menu

A l'occasion du 76e anniversaire de la présentation du Manifeste de l’indépendance, M. Nizar Baraka dresse l’état du sentiment patriotique et appelle à bâtir un avenir commun





En commémoration du soixante-seizième anniversaire de la présentation du Manifeste du 11 janvier 1944 pour revendiquer l'indépendance, M. Nizar Baraka, Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, a présidé une rencontre de masse, le samedi 11 janvier 2020, au siège du parti à Rabat, pour commémorer cet important événement historique, politique et national, sous le slogan "La conscience nationale renouvelée, et les fondements de la citoyenneté".

Cette commémoration a connu une présence importante des membres du comité exécutif du Parti, en plus d'une participation intensive des militantes et militants du Parti, et des citoyens en général. Pendant cette commémoration, une vidéo a été présentée, montrant un certain nombre de stations de cet événement historique décisif et important dans le parcours du mouvement national marocain. La vidéo met en évidence le rôle pivot du Parti de l'Istiqlal dans la lutte nationale et la résistance coloniale pour la liberté et l'indépendance, avec le Manifeste de l’indépendance au premier plan.
 

Après avoir lu des versets du Coran et répété l'hymne national et l'hymne du parti, l’événement a été entamé par un discours de bienvenue de M. Abdelilah El Bouzidi, membre du comité exécutif et coordinateur régional de la Préfecture de Rabat - Province de Khemisset, à travers lequel il a souligné les implications du 76e anniversaire de la présentation du Manifeste de l’indépendance à Rabat. Il a aussi souligné le rôle de ce Manifeste dans le passage de la période de revendication des réformes sous la protection française, au lancement de l'étape de la lutte pour mettre fin à l'âge de pierre et du désengagement de ce système, qui s'est transformé en une domination coloniale directe qui a dissipé la souveraineté marocaine, que l'accord de protection stipulait à respecter et maintenir.
 

M. El Bouzidi a estimé que ce Manifeste incarnait la profondeur de la coordination et la solidarité entre les hommes du mouvement national dirigé par le Parti de l'Istiqlal et le libérateur du pays, Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V. Il a souligné que le contenu du Manifeste de l'indépendance est toujours, en grande partie, d'actualité, appelant chacun à poursuivre la lutte pour y parvenir, en particulier en ce qui concerne la revendication de l'achèvement de l'intégrité territoriale, le maintien de l'unité nationale, la garantie de l'égalité des droits et des devoirs, et le respect de la liberté et de la démocratie sous la monarchie constitutionnelle.
 

Cet événement a également été marqué par l'importante performance politique de M. Nizar Baraka, Secrétaire Général du parti, qui l'a initié en exprimant sa profonde conviction de l'importance de cette difficile équation entre "patriotisme et citoyenneté" dans la poursuite du projet sociétal conjoint promulgué par le Manifeste du 11 janvier, notamment à la lumière des défis politiques, économiques, sociaux et culturels actuels connus dans la situation actuelle.,

Le Secrétaire général a considéré qu’aujourd’hui il y’a toujours le besoin d’une prise de conscience nationale commune ; celle qui a rendu le Maroc libre et indépendant il y a environ 70ans. Il a également estimé que le stade de la pleine citoyenneté, avec ses droits et devoirs selon la constitution de 2011, ne peut être atteint en l’absence du sentiment d’un patriotisme collectif motivé par l’amour de la patrie et le renforcement des liens d'appartenance.
 

M. Nizar Baraka a souligné que le sentiment patriotique a connu ces dernières années une sorte de lassitude et de pression, en raison de l'inégalité sociale et territoriale, du déclin des valeurs de solidarité et de cohérence, des répercussions de la crise de confiance au niveau du lien social, et de l'anxiété identitaire croissante due à l'émergence de tendances individuelles, sectaires et régionales, similaires aux changements qui se produisent dans le reste du monde à cet égard, ainsi que la disparition constante du degré d'acceptabilité des principes et des conditions de coexistence au sein de la société, avec des manifestations croissantes de confrontations, de violence, d'injustice et de déchirures.
 

Le Secrétaire Général a mentionné qu'avec le lancement des ateliers de révision du modèle de développement de notre pays, il faut saisir l’opportunité de stimuler et de mobiliser la conscience nationale en impliquant les acteurs et les citoyens, assurer leur engagement positif en écoutant leurs demandes, en interagissant avec leurs attentes et en incorporant leurs propositions dans les résultats de la réflexion sur le nouveau modèle de développement. Le Secrétaire Général a souligné que le sentiment patriotique ne peut retrouver sa position et son rayonnement que si l'acteur et le citoyen sont sensibilisés que leur participation à cette série consultative concernant le modèle est importante pour bâtir un futur commun basé sur les principaux éléments de la pleine citoyenneté.
 

"Comme le Parti de l'indépendance a toujours été, présent et actif aux côtés des autres forces nationales et démocratiques, dans les différentes stations fondatrices et fondamentales que notre pays a traversées", déclare M. Nizar Baraka, aujourd’hui, et tenant compte de ce moment, et du devoir de responsabilité historique et nationale découlant des sacrifices de générations de militantes et militants, il estime que notre pays est appelé à entrer dans une nouvelle étape après les trébuchements et l'attente qu’a connu la période suivant la constitution de 2011.

Ce stade, ajoute le Secrétaire Général, est caractérisé par la difficulté d’accéder aux droits et libertés garantis par la Constitution, y compris la liberté d'expression, et la réticence à renforcer et à élargir la pratique démocratique sous ses formes représentatives et participatives, en plus de la difficulté d'établir un nouvel équilibre entre les autorités pour concrétiser la réforme constitutionnelle. Cela a conduit à privilégier les conflits au lieu de la coopération et de la solidarité entre les institutions, ainsi que de s'éloigner de la réalisation de la croissance économique, en raison de la lente transformation structurelle de l'économie nationale, de la baisse du niveau de croissance, de la faiblesse de l'efficacité des politiques publiques dans de nombreux domaines, et de l'élargissement des différences plutôt que la réalisation d'une répartition équitable des richesses, qui garantit le progrès social des catégories pauvres et vulnérables, et des classes moyennes.

M. Nizar Baraka a également considéré que notre pays est appelé à passer à une nouvelle étape qui devrait être encadrée par le projet sociétal approuvé par les Marocains à travers la constitution, tout en préservant les acquis politiques, sociaux et gouvernementaux que notre pays a réalisés au cours des vingt dernières années. Il a confirmé que cette nouvelle étape ne peut pas être atteinte sans développer à nouveau le sentiment patriotique, comme c'était le cas pour les générations précédentes, et sans chercher à réconcilier les marocains avec les liens d'appartenance à la patrie et à la citoyenneté, soulignant que cette nouvelle étape devrait être intitulée "protection et considération" comme deux éléments indispensables pour le citoyen marocain.

Le premier élément est d'assurer la protection dans ses différents dimensions et niveaux, confirme le Secrétaire Général, qui se manifeste dans la protection des droits fondamentaux et de la nouvelle génération de droits, ainsi que des libertés reconnues par la Constitution, la protection du pouvoir d'achat, la protection des citoyens contre la cupidité et la fraude des grandes entreprises, des spéculateurs et des monopoleurs, et l’assurance de la sécurité alimentaire. En plus de protéger le citoyen et l'entreprise des errements de l'administration et de la corruption, tout en assurant la sécurité juridique et judiciaire, et en protégeant les entrepreneurs et les petits commerçants de la concurrence déloyale. Ajoutons à cela la protection des citoyens contre la violence et le crime, en particulier les femmes et les groupes nécessiteux, la protection des jeunes de la toxicomanie, de l’extrémisme et des valeurs négatives, la protection des citoyens contre la pollution, la sécheresse et les changements climatiques, ainsi que la protection des citoyens contre les dangers de la vie, des maladies, du vieillissement, du chômage, de la pauvreté et de l'endettement excessif, et finalement la protection de la société contre les dangers de la désintégration, des confrontations et des fissures.

Quant au deuxième élément, il se manifeste en garantissant la considération au citoyen marocain, affirme M. Nizar Baraka, en considérant et en unifiant l'identité nationale, et en tenant compte de la voix du citoyen dans les décisions politiques et de développement, afin de fortifier le choix démocratique de l'autorité de l'argent, des intérêts et de l'influence. En plus, d'établir l'égalité des chances, d’appliquer la même base juridique à tout le monde, fournir des services publics de haute qualité, offrir un travail, un logement, et des transports décents qui prennent en compte les spécifications de qualité. Ajoutons à cela l’offre des services administratifs basés sur la satisfaction des citoyens à travers l'approche de numérisation et la réduction du pouvoir discrétionnaire de l’administration, le respect des délais de payement de l'entreprise, ainsi que la répartition équitable des richesses et des sacrifices, et l’octroi les moyens de progrès social et de la réalisation personnelle du projet dans le pays.

Quant à M. Mohamed Meziane, professeur d'histoire contemporaine à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Kénitra, il a fait une présentation importante à travers laquelle il a couvert "des aperçus du développement de la conscience nationale pendant la période de protection", soulignant que l’étape du 11 janvier 1944 est venue changer les revendications réformistes et relever son plafond à la revendication de l'indépendance. Il a expliqué que cette commémoration vient afin de s'inspirer de l'idéologie des hommes du mouvement national, pour comprendre le présent et regarder vers l'avenir, soulignant que la célébration de ces événements historiques n'est pas organisée pour "rester emprisonnés par cette histoire, mais pour la développer selon une lecture critique et une lecture qui cherche à diffuser la connaissance à tous, et propager l'esprit patriotique chez les jeunes. "

A travers son intervention, Mme Khadija Zoumi, membre du comité exécutif du Parti et chef de l'Organisation des femmes indépendantes, a présenté une lecture prospective du Manifeste de l’indépendance, à travers laquelle elle a rappelé les implications de cet événement historique qui a marqué le chemin du peuple marocain. Elle a également indiqué l’association de cet événement avec un certain nombre de défis majeurs pour notre pays liés aux problèmes et questions de prise de conscience nationale, et à la question de consolider les fondements d'une véritable citoyenneté.

"Nous sommes confrontés à un seul Manifeste ou une seule page qui a changé le cours de notre histoire nationale", affirme Mme Zoumi. Il est impératif que nous nous rapportions à ses objectifs et avantages. C'est un document vivant, renouvelé, et une déclaration explicite et ferme du défi de la conscience nationale de l'État colonial, et une indication claire de la création d'un État marocain indépendant et démocratique. Mme Khadija Zoumi a également abordé la lutte acharnée des femmes marocaines, car la lutte de ces dernières pour le pays précède leur lutte pour la citoyenneté.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter











Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube