Menu

Abdelghani Janah: le gouvernement ne dispose pas d’un plan pour relancer l'emploi






Le groupe Istiqlalien a participé à la séance hebdomadaire de questions orales tenue à la Chambre des représentants, le lundi 13 juillet, consacrée à la discussion des questions qui représentent l'opinion publique nationale. A cet égard, M. Abdelghani Janah est intervenu lors de la question orale centrale sur le plan du gouvernement pour relancer l'emploi pour la période post-Covid.

Le membre du groupe Istiqlalien a souligné que le maintien de l'emploi est l'une des orientations générales indiqué par le projet de loi de finances rectificative en tant qu’objectif que le gouvernement souhaite atteindre grâce à une procédure décente qui n'atteint pas le niveau de lutte contre la crise de l'emploi que le pays connaît, et qui continue à soutenir le fonds de gestion de la pandémie du Coronavirus jusqu'à la fin de l'année en cours, et en le liant à la nécessité pour les entreprises concernées de maintenir au moins 80% de leurs employés déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale et le règlement rapide du statut des non déclarés.

Le Député a affirmé que cette procédure n'est pas en mesure de maintenir l'emploi alors que les entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, connaissent une crise étouffante et ne sont plus en mesure de faire face aux contraintes qu'elles subissent et qui empêchent la possibilité de reprendre leurs activités économiques en l'absence de mesures accompagnant leur soutien et leur situation.

M. Janah ajoute que le maintien de l'emploi au regard de la situation actuelle est un véritable défi pour les politiques publiques et sectorielles, vu le taux de chômage de 10,5% au premier semestre de l'année en cours après que le nombre de personnes ayant cessé de travailler durant cette période ait dépassé un million, pour enregistrer un taux qui dépasse 19%. 

Le membre du groupe Istiqlalien a souligné que cette situation interroge le gouvernement sur les mesures d'accompagnement du soutien aux programmes d'emploi, dont le programme "Intilak" du travail indépendant, le fonds pour l'emploi des jeunes et le fonds de soutien à l'initiative entrepreneuriale, qui vise à permettre aux jeunes qualifiés de lancer des projets de développement capables d'investir dans le capital humain, surtout pour le monde rural dont la population souffre des répercussions de la sécheresse, en plus des répercussions du Covid-19.

Il a également déclaré que la sortie progressive de l'état d'urgence sanitaire interroge la politique sectorielle : à quel point les établissements industriels et les différentes unités de production respectent les mesures de précaution et de prévention et les conditions de sécurité sanitaire qui garantissent la sécurité sanitaire et protègent la vie des travailleurs contre les foyers de contamination qui ont connu une propagation ascendante.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter











Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube