Menu

Abdelmajid El Fassi : L'échec du gouvernement dans le domaine de l'emploi est la preuve de la confiscation des rêves des jeunes dans une vie digne





Conformément aux dispositions du chapitre 100 de la Constitution dans son troisième paragraphe et aux articles 278 à 283 du règlement intérieur de la Chambre des députés, cette dernière a tenu le 27 mai 2019 sa séance publique mensuelle consacrée aux questions adressées au Chef du gouvernement sur les politiques publiques, et a été marquée par l'importante participation du groupe de l’Unité et de l’égalitarisme où il a remis en cause les thèmes de la politique sanitaire au Maroc et la politique visant à réduire le chômage.  

Contrairement à la réponse du chef du gouvernement qui a souligné la baisse du chômage de 10,2% à 9.8% frère Abdelmajid El Fassi, a souligné que le taux de chômage a augmenté au cours des trois premiers mois de 2019 pour atteindre 10%, notant que le taux de chômage ne dépend que des chômeurs inscrits pour chercher du travail, sans compter le nombre des chômeurs qui ont perdu tout espoir et ne cherchent plus d’emploi ce qui fait des chiffres présentés des chiffres inexacts, et a également abordé certaines méthodes de camouflage pour augmenter le nombre d'emplois, y compris les pressions exercées sur les chefs d'entreprises et les propriétaires d'usines pour qu'ils inscrivent leurs travailleurs dans la sécurité sociale comme nouvelles possibilités d'emploi alors qu'ils sont déjà des employés avec un certain salaire de façon illégale.

Dans le même ordre d'idées, le frère Fassi avait espéré que la question de la jeunesse serait abordée par le Chef du gouvernement loin du langage des indicateurs sur lesquels les jeunes n'ont aucune influence, les jeunes qui ont clairement possédé la connaissance et les éléments d'analyse, et ont acquis une certaine immunité contre les chiffres, ce qui a mené la majorité d'entre à abandonner la politique  et perdre confiance en l'acteur politique en réponse claire à la faible confiance au gouvernement.

D'autre part, il a souligné que la crise de l'emploi était le résultat de déséquilibres massifs dans le modèle économique et social et exigeait une mobilisation combinée pour reconstruire une économie nationale forte, ainsi que son lien étroit avec l'ensemble de la crise du système éducatif, qui était incapable de produire des résultats correspondant au marché du travail international et national au moment où le gouvernement et la coalition gouvernementale non aligné ne parvins pas à produire une loi capable de surmonter les lacunes de l'éducation. Le travail décent pour les jeunes est synonyme de dignité, ajoute le frère Abdelmajid, et le chômage signifie "lhagra wlkahra" surtout avec la faillite de nombreuses entreprises où 8000 entreprises déclarent faillite chaque année en plus de la monopolisation des marchés publiques ce qui prive les jeunes entreprises de leur part légale.

Quant aux réalisations du gouvernement dans le domaine de la jeunesse, elles se sont traduites par le retour en force de l'embarcation de la mort dans des scènes douloureuses et dures et par le retour des manifestations de la jeunesse, revendication à la une : travail décent, droit constitutionnel qui incombe à l'État, ainsi que par l'émergence de la fuite des cerveaux et des cadres marocains vers l'étranger en quête de meilleures conditions de vie, invitant le gouvernement, au terme de son intervention, à écouter profondément les jeunes et à envisager des solutions concrètes, dans les politiques sectorielles intégrées, pour restaurer leur dignité.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter






Mizane l'application mobile "All in one du Parti de l'Istiqlal



Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube