Menu

Abdelouahed El Fassi: Un peuple uni contre le "Corona" ne sera jamais vaincu





Abdelouahed El Fassi: Un peuple uni contre le "Corona" ne sera jamais vaincu
J'ai apprécié ce dicton d’un médecin indien, résumant le plus important aspect sur le Coronavirus: "Ce virus a une fierté, il ne viendra pas chez vous à moins que vous sortiez et que vous l'invitiez."

Selon le directeur du magazine MIT Technology Review, il y a un objectif sur lequel tout le monde s'accorde, ou presque, c’est d’appliquer la distanciation sociale pour aplatir la courbe d'infection. Son objectif est de ralentir et de réduire la propagation du Coronavirus afin de permettre aux différents systèmes de santé nationaux de soigner les patients.
 

Afin de combattre le Coronavirus, nous devons changer et reconsidérer nos comportements: notre façon de travailler, nos rencontres ou nos achats, en allant aux salles de sport et de divertissement, la façon dont nous traitons nos maladies et la façon dont nous élevons nos enfants et prenons soin des membres de la famille.

On dit que nous sommes en guerre et ceci n'est pas vrai. Nous ne pouvons pas vaincre ou anéantir ce virus, mais nous pouvons nous protéger de ses conséquences et apprendre à vivre avec.

Pendant cette mobilisation, nous devons tous respecter et se conformer aux procédures établies et imposées, même si nous ne les approuvons pas, personne n'a le droit de suivre ses propres pensées. Il s'agit d'un devoir national, et chacun a le droit de penser, de parler et d'exprimer son opinion depuis son domicile.

Nous ne devons pas s’autosoigner, car l'utilisation de médicaments sans surveillance médicale entraîne des complications plus graves que le Coronavirus.

Le Coronavirus est une pandémie comme toutes les autres pandémies. Il semble être moins grave que de nombreux autres virus grippaux. Nous savons que cette maladie ne présente pas toujours de risque pour les personnes qui n'ont pas de maladie chronique. Les données actuelles en Italie ont montré que 99% des décès concernaient des patients qui se plaignaient d'une à trois maladies chroniques, en plus du vieillissement (à un taux de 79,5 ans).

Le taux de mortalité était le suivant :
- Sans maladie: 0,8%
- Une maladie: 25,1%
-2 Maladies: 25,6%
-3 Maladies: 48,5%

Ce résultat nous rappelle l'importance de prévenir les maladies chroniques qui affaiblissent l'organisme et son immunité, et qui sont dues à quatre facteurs principaux: une mauvaise nutrition, la pollution, le stress et la sédentarité. En effet, nous ne nous sommes pas souciés de manière responsable de ces facteurs dans le passé - qui sont la cause de la plupart des maladies chroniques - et aujourd’hui, nous en payons le prix fort.

Nous pouvons donc dire que ce qui fait de ce virus un virus mortel, c'est la santé d'une personne et les maladies chroniques, et non le virus lui-même.
Il faut savoir qu'environ 50% des personnes atteintes du virus ne le savent pas et ne présenteront aucun symptôme, mais elles peuvent le transmettre à d'autres personnes.

Encore une fois, il est de notre devoir de remercier les responsables qui luttent contre cette pandémie, en particulier le personnel médical et paramédical, et envisagent les pires scénarios pour qu'ils ne se produisent pas. Cela signifie qu'ils ont bénéficié de l'expérience d'autrui sans conformité, comme nous en avons l'habitude.

Ils ont pris la décision appropriée, qui est le confinement, au moment opportun. En outre, la solution logique a été prise en utilisant la "chloroquine", un médicament connu depuis 70 ans, ou l' "hydrochloroquine", un médicament connu et utilisé il y a 50 ans contre la fièvre des marais, ce qui, si nous excluons certaines conditions pathologiques qui empêchent leur utilisation, ne représentent aucun risque, en particulier dans les 10 jours de son utilisation, sachant qu'il est utilisé à long terme dans certaines maladies auto-immunes, et puisqu'il a été constaté qu'il réduit la virulence du virus, ce qui rend l'immunité capable de le surmonter plus facilement et en moins de temps (4 à 6 jours).

En plus d'être nécessaire, le confinement correspond aux préceptes de notre religion et du hadith prophétique qui dit : « Si on vous informe que la peste a touché un contrée, n’y pénétrez pas. Et si l’épidémie de peste apparaît dans la contrée où vous vous trouvez, ne la quittez pas ».

Nous devons alors faire confiance à ce travail et à ces mesures, qui sont mis en œuvre pour le bien public, et sous le conduite éclairée de Sa Majesté. Celui qui reste chez lui est en sécurité et celui qui quitte son foyer sans nécessité urgente est un traître. Quelle est donc la différence entre ceux qui portent une ceinture explosive et ceux qui portent un virus? Les deux entraînent des dizaines de morts.

Ayons l'esprit de citoyenneté et soyons au niveau des médecins, des infirmières et des hommes d'autorité qui font les plus grands sacrifices pour nous tous. Il est clair que l'État et tous les citoyens doivent fournir l'assistance nécessaire aux personnes vulnérables durant cette situation.

Evidemment, l'arrêt de l’activité économique pendant plus de deux mois aura des répercussions graves après cette crise. Les spécialistes doivent donc saisir l'opportunité de cette pause pour relancer une feuille de route de l'après-Corona.

Finalement, la chose la plus importante que nous devrions tirer de cette étape est que la crise obligera notre pays à corriger les vastes inégalités sociales qui fragilisent de grands nombres de personnes et les rendent plus vulnérables à toutes les crises et maladies.






 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter











Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube