Menu

Déclaration commune entre l'organisation de la jeunesse istiqlalienne et l'organisation de la Jeunesse socialiste



Le Secrétaire général de la jeunesse istiqlalienne, Ottoman Tarmounia, et le camarade Younes Siraj, secrétaire général de la Jeunesse socialiste, ont présidé une réunion de coordination des deux bureaux exécutifs, le vendredi 8 novembre 2019, au siège du par ti de l’Istiqlal à Rabat.



Les discussions entre les dirigeants des deux organisations ont porté sur la situation politique dans le pays et le Maghreb, en plus de la situation dans les différents pays du monde à la lumière de la vague de mouvements de jeunesse sporadiques et dans quelle mesure les jeunes partisans avec une accumulation historique et nationale interagissent avec eux, ainsi que des moyens de renforcer et consolider les luttes distinctives entre le Parti de l’Istiqlal et le Parti du progrès et du socialisme, parties séculaires qui  sont en mesure de fournir des réponses curatives aux divers problèmes et questions intéressant le Maroc.
 


Déclaration commune entre l'organisation de la jeunesse istiqlalienne et l'organisation de la Jeunesse socialiste

Cette réunion a été l’occasion de délibérer sur un certain nombre de questions d’intérêt vital pour les jeunes, en particulier dans les domaines politique, économique, social et culturel, ainsi la discussion a porté sur un certain nombre d'indicateurs reflétant la détérioration de la situation des jeunes Marocains, c’est ce qui interpelle tous les acteurs, chacun selon sa responsabilité, sur la promotion de la recherche et la réflexion sur les moyens les plus efficaces d’améliorer leurs conditions de vie, et de leur ouvrir la porte de la confiance et de l’espoir.
 

Les deux parties ont souligné la nécessité de valoriser et de développer les relations entre la jeunesse istiqlalienne et la jeunesse socialiste, convaincues des principes nationaux qui les unissent, de la défense de principe et permanente des valeurs humaines et universelles et de la réalisation des objectifs de dignité, d'égalité et de justice sociale, par la conclusion d'un accord de partenariat entre les deux organisations, sous lequel les domaines de coopération souhaités sont identifiés qui soulèvent la possibilité d'une coopération au niveau des organisations parallèles des deux parties.


Après avoir délibéré sur les différentes questions, les jeunesses istiqlaliennes et socialistes déclarent au public national ce qui suit:

Nous tenons le gouvernement pour responsable de la détérioration des conditions sociales et économiques de divers segments de la société, en particulier des jeunes et des femmes, étant donné les taux élevés de pauvreté et de fragilité dans ses rangs, qui se reflètent, intensivement,  dans l’immigration clandestine, qui présage de graves conséquences sociales si le  gouvernement ne formule pas des politiques  sociales claires plutôt que des programmes sociaux qui ont prouvé leur incapacité leur échecs et leur résultats limités.

Notre rejet de la politique deux poids deux mesures Appliquée par le gouvernement, par l'appauvrissement systématique des classes vulnérables et des classes moyennes en augmentant leurs impôts et en continuant à accorder des exemptions aux plus riches, preuve que le gouvernement continue de renforcer l'économie de rente, malgré le rejet populaire. Nous réitérons donc notre condamnation de toutes ces pratiques sans rapport avec la justice sociale, au développement d’une économie nationale compétitive loin de la logique du libéralisme sauvage et à la prédation économique.

Notre condamnation de la politique de "Pardon divin", que le gouvernement tente de faire passer dans le projet de loi de finances 2020, en l'excluant d'une seule catégorie, en proposant l'exemption de 5% pour tous ceux qui ont fait passer de l'argent en fraude vers le Maroc, ce qui est encourageant, pour les pillards de fonds publics. Dans ce contexte, nous renouvelons nos revendications historiques selon lesquelles la lutte contre la corruption et l'association de la responsabilité à la reddition des comptes, point de départ de toute volonté réelle de réforme de toute volonté réelle de réforme, qui donnerait aux citoyennes confiances en leurs institutions.
 

Nous condamnons la politique d'assassinat systématique de l'école publique et de l'université, par le biais du gouvernement reposant sur l'enseignement privé, en échange d'un enseignement technique comme solution unique au dilemme, imposition de la politique de succession générationnelle de la pauvreté et la mise en place d’une catégorisation de classe. Nous notons ici la nécessité de réhabiliter l’école publique et l’université et de lier l’éducation au principe de l’archéologie et de la vision intégrée grâce à la graduation de générations de cadres et de compétences capables de relever les défis afin que l’éducation ciblée et encadrée soit l’un des piliers de tout modèle de développement démocratique souhaité.


Nous mettons l'accent sur la nécessité d'accélérer la préparation et la formulation d'une nouvelle politique intégrée pour les jeunes, basée principalement sur la formation et l'emploi, et capable de trouver des solutions réalistes à leurs problèmes réels, en plus de la nécessité de placer les questions relatives à la jeunesse au cœur du nouveau modèle de développement, afin de renforcer leur contribution à l'effort de développement de notre pays.
 

Nous sommes attachés à la nécessité de formuler des programmes et des stratégies nationaux et locaux pour l'emploi des jeunes, qui favorisent les initiatives personnelles des jeunes par l'autonomisation économique en leur fournissant une plate-forme qui facilite leur participation active au cycle économique national. Nous appelons également le gouvernement à augmenter le budget d'investissement public, créer davantage d'emplois pour les jeunes, en particulier dans les secteurs sociaux tels que l'éducation, la santé et la justice et nous affirmons également notre position ferme vis-à-vis de l'emploi public par le biais de contrats, et déclarons par la présente notre solidarité avec les professeurs qui ont été forcés de contracter.


Nous sommes constamment prêts à lutter pour défendre les droits des différents groupes de la société, en particulier des jeunes. Dans ce contexte, nous exprimons notre solidarité avec les habitants des zones marginalisées et exclues des programmes de développement et situés dans les régions de pauvreté, de misère et de sans-abris.
 

Notre condamnation de l'acte criminel de brûler le drapeau national en France, un acte qui indique que les adversaires du Maroc sont passés de l’exercice du dis à l’expression de haines, ce sont des haines qui se manifestent publiquement chaque fois que le Maroc avance de manière significative sur la voie du développement et de la démocratie. Et nous appelons ici tous les jeunes Marocains à la collaboration et de solidarité pour faire face aux ennemis et adversaires du Maroc, considérant que les Marocains sont plus intelligents que toute propagande ou ingérence malveillante ou d'obstruction pour compléter leur parcours de développement.


Notre appréciation de la récente résolution 2494 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le Sahara marocain, le mercredi 30 octobre 2019, ce qui a renforcé la position du Maroc Et sa quête pour résoudre ce conflit artificiel sur le Sahara sur la base de l'initiative sur l'autonomie, qui souligne le rôle important joué par la diplomatie officielle et parlementaire. À cet égard, nous réitérons notre appel au recensement et à l’enregistrement des habitants des camps de Tindouf, «une demande nationale qui sert de point d’entrée de base pour l’équité des habitants de ces camps».
 

Notre appel au renforcement de la cohésion entre les différentes composantes des forces démocratiques nationales présentes dans notre pays, En rouvrant le débat sur des blocs de jeunesse historiques tels que «Litchdu» et la jeunesse du bloc démocratique, car l'unité d'action entre ces différentes composantes est devenue une nécessité urgente compte tenu de l'ampleur des défis auxquels le pays est confronté et de ce qui nous oblige à assumer notre responsabilité historique par la formulation d'un programme de lutte immédiate.
 

Nous sommes déterminés à renforcer le travail d'équipe entre les deux organisations grâce à un programme d’entretiens et réunions périodiques, avec l'organisation d'un certain nombre de manifestations de jeunes nationales et internationales dans le cadre de la diplomatie des jeunes, ainsi que de développer un travail international commun au sein des organisations internationales et des étudiants internationaux pour servir les intérêts supérieurs du pays en défense de l'intégrité territoriale du Royaume, qui reste toujours la première priorité.






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter






Mizane l'application mobile "All in one du Parti de l'Istiqlal





Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube