Menu

Déclaration du Conseil national du Parti de l'Istiqlal lors de sa session ordinaire tenue à distance






Le Conseil National du Parti de l'Istiqlal s'est réuni en session ordinaire à distance, les samedi 28 novembre et 5 décembre 2020, sous la présidence de M.  Maa al-Ainain, Président du Conseil, conformément aux exigences de l'article 81 du statut du parti.
 
Après des discussions approfondies, les membres présents sont convenus de publier la déclaration suivante :
 
Premièrement : les membres du Conseil national du Parti saluent le contenu de l'importante présentation politique délivrée par le Secrétaire Général du Parti de l'Istiqlal, qui a traité de manière approfondie de la question de notre intégrité territoriale à la lumière de la récente résolution du Conseil de sécurité et de l'évolution du passage d’El Guergarat, ainsi que de la situation économique et sociale de notre pays en raison d'une mauvaise gestion gouvernementale, des répercussions de la pandémie du Coronavirus, le champ politique national actuel, en plus du statut organisationnel du Parti.
 
Deuxièmement: le Conseil national exprime sa grande fierté de la décision sage et proactive de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, pour faire face à l'obstruction qu’a connu la région d’El Guerguerat au Sahara marocain. Une décision qui allie fermeté, responsabilité et engagement afin de mettre fin aux actes d'agression faits par les milices du Polisario, et vise à la protection de la sécurité et de la paix dans la région, et l'enterrement final des tentatives désespérées et répétées du Polisario de changer la structure sociale et politique de la zone tampon et d'essayer de créer des unités militaires et administratives pour les séparatistes sur la zone tampon, en violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu des Nations Unies de 1991.
 
Troisièmement: le Conseil national du Parti de l'Istiqlal salue le progrès considérable dans la mise en œuvre du nouveau modèle de développement aux provinces du Sud, lancé par Sa Majesté le Roi en 2015, qui a apporté des transformations économiques et sociales majeures dans les différentes régions du sud, et a grandement contribué à l'amélioration des conditions de vie décente au profit de ses habitants. Le Conseil national du Parti loue également la vision Royale proactive qui s'est traduite par le dernier discours Royal à l'occasion de la marche verte, qui vise à lancer une nouvelle génération de grands projets de développement dans les provinces du Sud du Royaume, à investir dans le potentiel dont regorge la région au niveau du domaine maritime, et à faire du port de Dakhla et du front atlantique au sud du Royaume un front de mer pour l'intégration économique dans divers secteurs porteurs, un pont pour se connecter avec la profondeur africaine, et un pilier du rayonnement continental et international.
 
Quatrièmement: Le Conseil national du Parti de l'Istiqlal salue l'intervention professionnelle, pacifique des  Forces Armées Royales le 13 novembre, qui ont libéré le passage d’El Guergarat des milices du Polisario et ont rétabli la circulation des bien et des personnes et a rouvert avec la route reliant le Maroc à plusieurs pays africains.

Cinquièmement: Le Conseil national réaffirme l'engagement du Parti de l'Istiqlal dans la mobilisation nationale derrière Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, pour défendre l'intégrité territoriale de notre pays, et appelle à augmenter le niveau de vigilance et de disponibilité des citoyens et à continuer à renforcer le front intérieur, pour répondre dans les espaces publics et sociaux, et aux réunions politiques et civiles à toutes les manœuvres des ennemis de notre intégrité territoriale, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Sixièmement: Le Conseil national salue la récente résolution n ° 2548 du Conseil de sécurité sur le Sahara marocain du 30 octobre 2020, qui a entraîné un changement qualitatif dans le traitement de ce conflit fabriqué, en raison du sérieux et de la crédibilité de la proposition d'autonomie des provinces du sud sous souveraineté marocaine, que notre pays a présentée comme une option démocratique courageuse et soutenue par la communauté internationale.
 
Septièmement: Le Conseil national, tout en exprimant son adhésion à la voie du règlement politique des Nations Unies, déclare clairement que notre pays ne sera pas soumis à la négociation et au chantage, et qu'il ne peut mener aucune consultation ou négociation sous la menace de la guerre et de port d’arme.

Huitièmement: Le Conseil national appelle le gouvernement à accélérer le processus de transfert des compétences et des ressources nécessaires de l'État vers les régions du sud, et de lui permettre d'avoir des attributions élargies qui prennent en compte les principes de progressivité et de différenciation conformément à la loi d'organisation des Régions, afin de permettre l'expansion des domaines de leurs propres compétences à l'avenir, ce qui permettra la préparation du schéma de l'autonomie dans ces provinces.

Neuvièmement: Le Conseil national exprime son profond regret face à la détérioration de la situation économique et sociale dans notre pays, à la lumière de la crise actuelle, dont le prix est payé par de larges groupes du peuple marocain, en raison des choix libéraux excessifs qui ont échoué, et qui ont été aggravés par les répercussions de la pandémie du Coronavirus. En plus, et le gouvernement n'avait pas de vision politique claire pour faire face à la crise multidimensionnelle que traverse notre pays.

Dixièmement: Le Conseil national exprime son mécontentement face à l’écartement du gouvernement des valeurs d'intégrité, de transparence et de service du bien public, et son abandon de ses responsabilités morales et politiques, cédant aux lobbies de pression et à ceux qui ont des intérêts sectoriels exclusifs, car le projet de lois de finances et le système économique de notre pays sont devenus un terrain fertile pour les activités de ces lobbies.
 
Onzièmement: Le Conseil national dénonce la politique de la sourde oreille du gouvernement à l’égard des revendications du peuple marocain et de ses larges groupes, et son rejet systématique de toutes les initiatives créatives présentées par le Parti de l’Istiqlal, en tant qu’élément de base de l’opposition, qui a su fournir des alternatives et des propositions qui contribueraient à sauver notre pays de la récession économique et de la détérioration de la situation sociale.

Douzièmement: Le Conseil national dénonce le fait que le gouvernement se soustrait de ses obligations contenues dans le programme gouvernemental, par l’adoption de la politique d'enrichissement des riches et d'appauvrissement des pauvres, et l'humiliation de la classe moyenne, en plus de son incapacité à arrêter la migration des compétences marocaines vers l'étranger, ce qui aggrave les différences sociales et territoriales, élargit le cercle de la pauvreté et gaspille une réelle richesse nationale qui aurait dû être mobilisée pour renforcer le potentiel humain, contribuer à l'immunisation de l'économie nationale et parvenir à la justice sociale et territoriale, pour faire face aux répercussions de la pandémie du Coronavirus.
 
Treizièmement: Le Conseil national condamne la protection continue du gouvernement de la rente et des privilèges, la normalisation avec la corruption et le gaspillage continu de l'argent public, à travers le bénéfice illégal de certaines entreprises, y compris les sociétés pétrolières, du soutien du budget de l'État et du système fiscal, qui est considéré comme un gaspillage injustifié de la richesse nationale du pays. A cet égard, le Conseil appelle à la cessation immédiate de ce soutien et à la récupération de l'argent public à la Trésorerie du Royaume, et l’adoption de l’impôt de la fortune, au lieu de recourir aux poches de la classe moyenne pour couvrir le déficit financier.

Quatorzièmement: Le Conseil national renouvelle l'avertissement sur le danger de concentrer la décision économique entre les mains d'une partie gouvernementale, et la poursuite de la domination sur la prise de décision à la lumière de l'absence d'équilibre et de contrôle mutuel au sein du gouvernement, et ce, depuis le dernier remaniement gouvernemental et l'élimination de certains secteurs ministériels, ce qui s'est produit dans la gestion de certains accords publics et dans certaines décisions ministérielles liées à la lutte contre la pandémie.
 
Quinzièmement: Le Conseil nationale exprime son mécontentement face à la dérobation du gouvernement de discuter des demandes de réformes politiques et démocratiques exigées par le Parti de l'Istiqlal et des partis de l'opposition dans le mémorandum conjoint soumis par les trois partis, et considère que la démocratie dans notre pays a été endommagée, le niveau de confiance envers le gouvernement et les institutions élues a diminué, et le taux de participation a diminué, le déclin des rôles de l'acteur politique, en plus d'autres défauts et déséquilibres, sont très compliqués pour les résoudre par l'amendement des lois électorales.
 
Seizièmement: le Conseil exige la mise en place de toutes les conditions pour la transparence électorale, des garanties et des mesures de confiance qui créeraient une atmosphère positive qui stimule la participation politique et garantisse les principes d'égalité, de justice et de concurrence politique libre et honorable, et met en garde, en retour, contre le danger d'utiliser le pouvoir de l'argent lors des élections.






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter