Menu

Disons tous non à la violence contre les femmes



Dans la matinée du vendredi 13 décembre 2019 au siège de la deuxième chambre du Parlement à Rabat, l'Organisation des femmes istiqlaliennes a organisé, en partenariat avec le Groupe istiqlalien pour l'unité et l'égalitarisme de la Chambre des conseillers, un séminaire national sous le thème "La loi contre la violence à l'égard des femmes, lectures prospectives"



Lors de ce séminaire Le secrétaire général du parti, Nizar Baraka, a tenu un discours important où il a précisé que l'attribution d'une journée mondiale de lutte contre la violence à l'égard des femmes découle d'une prise de conscience croissante de la nécessité de fournir aux femmes une protection efficace contre les diverses formes de violence et de discrimination, et une indication de leurs droits fondamentaux, de leur statut politique, économique, social et culturel.


Il a noté que le sentiment de frustration de la femme en raison de la violence et de la discrimination à laquelle elle est exposée fait peser un grand danger sur le développement, le progrès et la prospérité de la société, étant donné les répercussions négatives qui affectent l'engagement moral et le faible sentiment de citoyenneté et l'adoption de modèles de comportement destructeurs ainsi que la propagation de nombreuses maladies psychologiques, sociales et physiques.


Les grands efforts déployés par l’Organisation des femmes ainsi que par les secteurs partisans des femmes et la société et civile pour améliorer la condition des femmes et garantir la réalisation de leurs droits, sont les efforts qui ont permis de donner une plus grande impulsion aux revendications des femmes, avec lesquelles se sont formées les transformations constitutionnelles, des droits de l'homme et politiques menées par Sa Majesté, qui leur ont permis de réaliser de nombreux gains équilibrés au profit des femmes, ajoute le secrétaire général.
 

Un certain nombre des progrès qui ont été et sont encore en cours sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, y compris le Code de la famille et la loi sur la nationalité ainsi que la loi sur les domestiques et la ratification de la Convention des Nations Unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, en plus de la loi sur l'équité et la lutte contre toutes les formes de discrimination, la loi de la lutte contre les violences faites aux femmes font l'objet de cette rencontre.


«Par conséquent, nous sommes fermement convaincus que l'élimination de la violence à l'égard des femmes commence par les femmes d'abord. Elles doivent renforcer leur confiance en elles-mêmes et leur capacité à donner et à développer une prise de conscience renouvelée pour changer les stéréotypes, les idées fausses sur elles-mêmes et leurs droits, et à affronter les mentalités et les pratiques d'exclusion à leur encontre et toutes les formes de violence à leur encontre».
 

La bataille des femmes pour lutter contre la violence ou garantir l'égalité des droits, continue Nizar Baraka, n'est pas un résultat d’aujourd'hui, mais plutôt une bataille continue et sans compromis pour garantir l'égalité effectives dans les droits et les opportunités, la jouissance de la pleine citoyenneté et la participation non diminuée à divers aspects de la vie publique.


Les modifications consécutives introduites par le droit pénal qui ont abouti à l'incrimination du harcèlement sexuel et à certaines formes de discrimination fondée sur le sexe d'une part, et l'augmentation de la peine infligée pour les crimes de viol et les actes indécents contre les femmes, d'autre part, outre les dispositions de la loi 103.13 relative à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, malgré ses lacunes parmi les exigences positives telles que la criminalisation de l'expulsion du domicile conjugal, la criminalisation du harcèlement sexuel commis par un collègue ou une personne chargée du maintien de l'ordre public et de la sécurité publique, dont la délivrance en soi est une étape positive dans la direction de la lutte contre l'escalade du phénomène de la violence dans notre pays.
 

Malgré toutes les politiques et tous les programmes publics fondés sur une approche sexospécifique, offrant une protection contre la violence et l'autonomisation économique et sociale des femmes Le Secrétaire général a estimé que son application sur le terrain n'atteint pas le plafond des aspirations, et la réalité de la situation des femmes marocaines en termes de protection et de jouissance des droits est toujours frustrante et la fréquence des violences à leur encontre ne cesse d'augmenter, comme en témoignent les statistiques enregistrées par les recherches préparées par le Haut Commissariat au Plan au cours de l'année 2019.


Nizar Baraka a passé en revue un certain nombre d'indicateurs enregistrés par l'étude de planification du Haut Commissaire, tels que la prévalence de la violence à l'égard des femmes, qui enregistre 58% en zone urbaine, soit 5,1 millions de femmes, et 55% en milieu rural, soit 2,5 millions de femmes, en plus de la prédominance de la violence psychologique et de la discrimination économique dans l'espace professionnel où la majorité des actes de violence dans l'espace professionnel sont dus à des abus psychologiques de comportement de 49% ou à la discrimination économique de 34%, en plus du harcèlement sexuel, qui est la principale violence à l'égard des femmes dans les lieux publics où l'on retrouve 49% des cas de violence commis dans les lieux publics en raison d'une enquête la violence sexuelle et 32% à la violence psychologique et 19% à la violence physique, et la perception de la violence conjugale comme une affaire privée concerne la famille où environ 38% des femmes et 40% des hommes considèrent la tolérance d'une femme à la violence conjugale comme acceptable, ce qui signifie qu'il y a normalisation avec la violence afin de maintenir la stabilité familiale.


L'examen de ces chiffres stupéfiants, indicateurs négatifs, etc. interroge le gouvernement et les pouvoirs publics à couper avec hésitation, lenteur et procrastination systématique dans l'activation des lois, politiques et programmes publics qui garantissent la protection des femmes et la réalisation de leurs droits constitutionnels, de leur audace et de leur esprit d'entreprise, plutôt que la faiblesse et l'indolence perçues concernant la promotion des femmes et la lutte contre les diverses manifestations de violence et de discrimination à leur encontre, précise le secrétaire général.
 

Il a souligné que les femmes sont devenues aujourd'hui une partie essentielle et active dans le processus de développement et sont invitées à contribuer activement à la cristallisation de nouveaux contrats communautaires afin d'anticiper les perspectives prometteuses pour l'avenir de notre pays à la lumière des discussions sociétales et du dialogue national sur le nouveau modèle de développement que Sa Majesté a appelé.

 

Nizar Baraka note dans ce sens que le Parti de l'Istiqlal, qui a toujours été fidèle à ses principes et à ses références économiques et sociales, s'est engagé dans sa mission de défendre les droits des femmes, de sauvegarder leur dignité et de renforcer leur position dans la société, de se tenir, comme il l'a toujours été, à l'avant-garde de ceux qui préconisent la protection des femmes contre toutes les formes de violence et de discrimination et leur autonomisation de la pleine citoyenneté.
 

Le Secrétaire général a appelé à adopter une approche holistique pour faire face au phénomène de la violence contre les femmes, en évoquant les dimensions des valeurs et de la culture universelles des droits de l'homme, en activant des mécanismes de sensibilisation et en sensibilisant aux risques du phénomène, de la communication et de l'information avec ses répercussions négatives, en plus de l'application stricte des lois et lois pertinentes, et en stimulant le sens national et les valeurs de citoyenneté au sein d'une intelligence collective qui vise à créer les conditions permettant de lutter contre le phénomène et de réaliser l'autonomisation réelle des femmes dans la société.


Cette position sincère du parti Istiqlal de fournir une véritable protection aux femmes et de leur permettre d'acquérir la citoyenneté n'est pas une question d'enchères, car la sensibilisation des femmes est enracinée dans l'équilibre intellectuel, militant et politique du parti, et est une constante de ses principes de parité, et un pilier fondamental dans sa littérature, ses programmes et ses arguments. Notant que les problèmes des femmes avaient une grande part de la pensée du leader Allal Al-Fassi, elle était fortement présente dans ses diverses productions jurisprudentielles, juridiques, littéraires et politiques, pour défendre les problèmes des femmes et les libérer des restrictions des coutumes et des traditions, et leur donner les moyens de contribuer à leurs efforts dans le développement du pays.
 

Allal El Fassi dans Anakd Adati, déclare que l'amélioration de la situation des femmes et de leur bonheur doit obtenir une place importante de notre pensée sociale car c'est une condition préalable pour réformer la société et préparer le Maroc à une vie plus heureuse, soulignant que les sécrétions du développement sociétal et des accumulations positives enregistrées par les femmes à travers de nombreuses stations de lutte. Tout le monde a été convaincu de l'éligibilité et de la compétence des femmes pour assumer les charges et les responsabilités dans la construction de la patrie, et leur empressement à jouir de tous les droits de citoyenneté sont fermement enraciné.
 

A la fin de son discours, Nizar Baraka, a souligné que le Parti de l’Istiqlal compte sur toutes les militants et militantes, y compris l'Organisation des femmes istiqlaliennes, pour coordonner ses efforts avec les femmes, les droits de l'homme et la société civile afin de plaider pour la maturité et d'élaborer une approche holistique qui assure la protection et l'autonomisation et cherche l'honneur que les femmes méritent.







Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter




Mizane l'application mobile "All in one du Parti de l'Istiqlal





Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube