Menu

Imane Benrabia : Le gouvernement n'a pas réussi à mettre en place la nouvelle charte des investissements



Il n'est pas possible de parler d’une relance économique rapide sans avoir un nouveau cadre juridique attractif pour l'investissement et les investisseurs




 
Le Groupe Istiqlalien a participé à la séance de questions orales qui s'est tenue le lundi 21 juin 2021 à la Chambre des représentants, pour évoquer le sort de la charte des investissements, que le gouvernement a tardé à activer.  Lors de son intervention, Mme Imane Benrabia a noté que le Parti de l'Istiqlal s'interroge, depuis 2018, sur le sort de la nouvelle charte de l'investissement, à laquelle le gouvernement s'est engagé, et dont les objectifs les plus importants sont de répondre aux aspirations des acteurs économiques, encourager l'investissement et faire bouger le cycle économique, notant que les investisseurs s'interrogent sur les raisons pour lesquelles le gouvernement a tardé à l’activer.

Après la réponse du Ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Économie Numérique dans laquelle il a reconnu le retard, expliquant que l'affaire était liée à d'autres partis au sein du gouvernement. Ensuite, Mme Benrabia a noté dans son intervention que les explications fournies par monsieur le Ministre confirme l'incohérence des composantes de l'équipe gouvernementale, soulignant qu’il était nécessaire de faire une révision de l'ancienne charte d'investissement datant de 1995, et élaborer une nouvelle charte adaptée aux transformations que notre pays et le monde ont connu dans le domaine de l'investissement. Elle a également expliqué que cette réforme a été évoqué durant le gouvernement précédent et le gouvernement actuel, qui comprend les mêmes composantes, c'est-à-dire depuis plus de sept ans, mais cela n'a abouti à aucun résultat, ce qui signifie l'incapacité totale du gouvernement à remplir ses obligations.
 
Elle  a souligné qu'il n'est pas possible de parler d’une relance économique rapide capable de résister et de faire face à diverses difficultés et contraintes, et de surmonter les répercussions de la pandémie sans avoir un nouveau cadre juridique équilibré, ouvert et attractif pour l'investissement, répondant aux besoins des investisseurs, compatible avec les évolutions actuelles de leurs dimensions locales et internationales, et répondant aux choix et aux priorités nécessaire aux exigences de la période post-pandémie.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter