Menu

Khadija Zoumi préside le congrès régional de l'Organisation de la femme Istiqlalienne à Taza



La situation générale de la femme marocaine est caractérisée par la souffrance, la fragilité, l'exclusion et la marginalisation.
Renouvellement de confiance en sœur Souad Saadi, secrétaire régional de l’Organisation de la femme Istiqlalienne.



Mme Zoumi a récemment présidé le congrès régionale de la femme Istiqlalienne à Taza, accompagnée de sœurs du Bureau exécutif de l'Organisation, en présence du frère Said Loukili, inspecteur du parti dans la région, du frère Ahmed Zoukh, secrétaire provincial du parti et de la sœur Souad Saadi, et du frère Rasheed Hamoumi secrétaire de de la section de Taza et quelques membres du Conseil national et plus de trois cents militantes et militants de différents âges.

La réunion a été ouverte par l'inspecteur du parti Frère Said Loukili par un mot de remerciement et de gratitude pour les participantes et les participants en général et Sœur Zoumi ainsi que les sœurs représentantes du bureau exécutif, après la lecture du Coran,  Sourate Alfatiha a été lue sur les âmes des feux militants du parti.

Sœur Souad Saadi, au nom de la femme Istiqlalienne, a ensuite évoqué la situation des femmes de la région qu'elle a qualifiée de misérable en raison de l'exclusion, de la souffrance, de la violation des droits et du taux élevé d'analphabétisme, l'accent a été mis sur la femme rurale qui est toujours considérée comme Inférieure à l’homme.

Ensuite elle a soulevé la situation des femmes et des filles, employées à domicile, qui souffre de l'humiliation, la violence, le harcèlement et l'exploitation odieuse à bas salaire, qui ne tiennent pas compte de leurs besoins et exigences quotidiens en tant qu'êtres humains, et qui sont selon Sœur Souad, considérées inférieures aux hommes et que leur rôle se manifeste uniquement à enfanter et être au service de l’homme et ses caprices.

Souad Saadi a aussi signalé la baisse sensible de subvention en matière de santé de reproduction, constatée en raison du manque de structures d'accueil et d'équipements nécessaires, ce qui entraîne un taux de mortalité élevé lors de l'accouchement, en particulier lorsque les femmes enceintes sont contraintes d'accoucher à domicile de manière traditionnelle, voire primitive. 

Souad Saadi a fait plusieurs recommandations en faveur des femmes de la région, stipulant la nécessité de réaliser le principe de l'égalité 50/50 entre les femmes et les hommes et de combattre toute forme de discrimination, d'oppression, d'exclusion et de marginalisation. L'accent a également été mis sur l'activation et l'application de lois visant à protéger les femmes contre la violence sous toutes ses formes, ainsi qu'en tant que pilier fondamental de la famille, sachant qu'elle est le premier éducateur de ses membres comme a dit le poète : La mère est une école si vous la réussissez, vous réussissez tout un peuple.

Sœur Saadi a également souligné la nécessité d'améliorer la représentation des femmes dans les conseils élus et d'intensifier les programmes d'alphabétisation dans les zones rurales en particulier, puis de considérer le travail des femmes par un salaire décent comme un droit naturel.

Quant à l'intervention du soeur Zoumi, qui a reçu un grand écho des congressistes en l’applaudissant chaleureusement, a également abordé l'étude et l'analyse de la situation générale des femmes, caractérisée par la souffrance, la fragilité, l'exclusion et la marginalisation, invitant les participants à se rendre dans les villages pour voir l'absence des structures d'infrastructure, le manque de ressources et de matériel, les violations flagrantes des droits des femmes, situation qui impose l’établissent de toute urgence d’une initiative nationale pour le développement et la réhabilitation des femmes rurales.  

La présidente de l’Organisation a également fait un commentaire sur le slogan de la conférence, qui inclut la question de la dignité, s'interrogeant sur l’absence de dignité dans le contexte de la pauvreté, l'oppression, la privation, l'ignorance, l'analphabétisme. Toutes les femmes ont été invitées à se joindre aux rangs et à intensifier leurs efforts pour extraire les droits et lever toutes les injustices dont elles souffrent parce que la société, comme l'a souligné sœur Zoumi, a besoin d'une femme forte et efficace, capable de contribuer au développement et à la prospérité et de relever tous les défis

S'agissant des femmes qui travaillent, la présidente de l'Organisation de la femme Istiqlalienne s'est déclarée très préoccupée par la situation précaire des employées à domicile, de l’exploitation des employés des domaines agricoles, qui sont employées à bas salaires et sans aucune dignité dans un pays dont la constitution affirme la démocratie et les droits de l'homme. 

 Elle a souligné la nécessité pour les parties d'agir résolument et sérieusement afin de rendre justice aux femmes et de réaliser le principe de l'égalité entre elles et les hommes. Au niveau des organisations du parti, sœur Zoumi estime que les femmes devraient être impliquées dans la gestion et l'encadrement tout en leur permettant d'assumer des responsabilités au niveau des bureaux et des organes.   

Par la suite, il a été proposé d'élire l'écrivaine régionale pour les femmes Istiqlalienne, élection qui a renouvelé la confiance en sœur Souad Al Saadi. En fin de l'activité les congressistes ont honoré un groupe d'anciens combattants, les militants nationaux Haji Mohammad Benshawat et Abdullatif al Yaqoubi.

Source officielle : https://www.istiqlal.info/





Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter











Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube