Menu

L’AEI inquiète de la cession des participations publiques



L’Alliance des Économistes Istiqlaliens inquiète de la cession, dans l’urgence, de participations publiques et recommande la création d’une Agence Nationale chargée de la Gestion des participations publiques



Le bureau exécutif de l’Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI), réuni, sous la présidence d’Abdellatif Mazouz, relève, avec inquiétude, la manière avec laquelle le Gouvernement se sépare, dans l’urgence, de participations publiques stratégiques, la dernière étant Maroc Telecom, opérateur historique et levier de l’investissement technologique du Maroc à l’étranger.

L’expérience a montré que le désengagement total de l’Etat de certaines entreprises, telles que la COMANAV et La SAMIR, a malheureusement mal fini et conduit à la destruction de certains écosystèmes structurants pour notre économie avec la perte de milliers d’emplois.

La cessation d’activité de la COMANAV a, en effet, privé notre Pays d’un pavillon maritime national historique au moment où les besoins des MRE, notre commerce extérieur et nos infrastructures portuaires connaissent un développement sans précédent.

Avec la fermeture de la SAMIR, notre pays se prive de son unique raffineur, d’une importante capacité de stockage de ses hydrocarbures et de tout un écosystème lié à l’industrie chimique avec d’importantes pertes d’emplois et de métiers dans ces secteurs. 

Les cessions programmées n'auraient pas soulevé d’inquiétude si leur produit venait soutenir une nouvelle approche pour un investissement public directement productif au lieu de compenser l’impasse budgétaire prévue pour 2019.

A contrario, l’émergence de nouvelles filières et de nouveaux écosystèmes tels que l’automobile, l’énergie, l’habitat, le tourisme, l’offshoring et la logistique, et les milliers d’emplois qu’ils génèrent ne se serait jamais réalisée sans la contribution directe des capitaux publics.

Pendant ce temps, l’effort national d’investissement, essentiellement porté par les investissements publics a de moins en moins d’impact sur la croissance et sur la création d’emplois. En effet, dans les années 2000, l’investissement de l’équivalent de 4 points de PIB  générait quelques 30.000 emplois, aujourd’hui il en faut 7 points de PIB pour créer 10.000 emplois.

Cette situation est aggravée par un recul de l’effet d’entrainement de l’investissement public sur le privé. Les gains de compétitivité que devaient générer les investissements en infrastructures sont soit préemptés par l’activité spéculative, soit insuffisamment accompagnés pour permettre une création de richesse pérenne et générer de l’emploi durable.


Dans ce contexte, l’AEI recommande :
 
  1. D’évaluer les résultats et impacts des investissements publics réalisés dans le cadre de stratégies sectorielles ou territoriales, comparativement aux objectifs initialement définis ;
  2. De mettre en place l’ensemble des mesures correctives permettant d’améliorer l’impact en termes de création de valeur et d’emplois durables des investissements publics déjà réalisés ;
  3. De créer une structure nationale chargée de la gestion active des participations de l’Etat. Cette structure, qui peut prendre la forme d’une agence (ANPP), incarne l’Etat actionnaire dans des Sociétés jugées stratégiques par les pouvoirs publics, contribuant ainsi au décollage de ces entreprises, à leur stabilisation et à leur développement.
  4. De mettre en place un Programme National d’Investissements Productifs (PNIP) doté d’un budget conséquent, à prélever sur les budgets d’investissement en infrastructures. Ce Programme aura pour vocation d’accompagner, par des prises de participation directes, l’émergence, le développement et la défense d’activités productives stratégiques et structurantes pour le tissu productif national.


Combiné et adossé à l’ANPP, ce Programme aura pour objectifs de :
 
  1. Normaliser et de professionnaliser l’approche d’investissement public, dans des activités à forte valeur ajoutée économique et sociale, dans le cadre de partenariats public-privé ;
  2. Participer au financement d’investissements privés à un risque élevé et/ou fortement capitalistiques que le privé n’est pas en mesure de supporter tout seul ;
  3. Optimiser l’effet de levier pour d’autres sources de financement des secteurs productifs cibles.
 
Progressivement ce Programme devrait s’autofinancer par une gestion stratégique, active, rationnelle et flexible de ses prises de participation.
 
  1. Mettre en place une version régionale de ce programme permettrait de doter les Conseils régionaux de fonds dédiés pour attirer, stimuler et participer directement à la réalisation d’investissements productifs, générateurs d’emplois dans le cadre de partenariats publics-privés au niveau des Région
  2. Doter les Conseils Régionaux de nouvelles assiettes foncières adaptées et exclusivement réservées à l’investissement productif de biens et services.
L’introduction de ce Programme dans le cadre de la Loi de finances 2020 constituerait un premier pas vers une nouvelle politique économique, devant accompagner le nouveau modèle de développement que notre Pays attend toujours.





Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter









Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube