Menu

L'idéologie d'unité du leader Abdelkhalek Torres est un point d'entrée essentiel pour le développement durable



L'une des manifestations les plus importantes de l’idéologie unioniste du leader était ses efforts inlassables afin d’unifier le mouvement national sous le nom de Parti de l’Istiqlal



Comme chaque année le parti de l’Istiqlal commémore l’anniversaire du décès du leader feu Abdelkhalek Torres. Cette année cette fête annuelle a été marquée par la participation importante des istiqlaliennes et istiqlaliens venus de toutes les régions du royaume présidé par le Secrétaire général du parti, Nizar Baraka.

Cette rencontre qui a eu lieu à Tétouan le 6 juillet 2019 a été supervisé par l’inspecteur régional Mohammed Salhi en présence des membres de la noble famille du leader, ainsi que de plusieurs membres du comité exécutif du parti, de parlementaires ainsi que de représentants de partis politiques nationaux et de membres de la famille de la résistance et de l'Armée de libération.

Cette rencontre a été marquée par l’importante allocution du secrétaire général qui a tout d’abord a exprimé sa joie de rencontrer la famille istiqlalienne du nord louant ce rassemblement béni dans la ville de Tétouan, citadelle de la lutte et de son histoire glorieuse et héroïque, terre de paix, de coexistence, de tolérance et de jonction des civilisations ainsi que sa fierté de commémorer cet anniversaire sous le slogan « L'idéologie d'unité du leader Abdelkhalek Torres est un point d'entrée essentiel pour le développement durable » pour ce qu’il représente comme message national noble visant à renforcer l'esprit d'unité et de stabilité, à assurer la stabilité et le développement durable, à renforcer la cohésion sociale et à garantir le respect des valeurs et des constantes nationales constituant au fil des ans une soupape de sécurité pour la personnalité marocaine et le pilier de l'unité nationale et du pouvoir marocain.

Torres, pionnier du nationalisme, incarnait l’action, l'organisation, la réflexion, la conduite et le verbe, le choix unioniste base et programme d'études, à la fois dans le cadre du bloc national ou de la réforme nationale, même approche pour le parti de l’Istiqlal qu'il a adoptée pour coordonner les positions, initiatives et mouvements à l'intérieur et à l'extérieur du pays au Machrek arabe et en Europe pendant la période coloniale.
 
Le Secrétaire général a souligné que Torres avait fait de la création du Parti de la réforme « Al Islah » une école d'action nationale et un pont pour la communication avec les nationalistes ainsi qu'un mécanisme permettant d'approfondir et de développer la lutte Nord-Sud. Initiatives de lutte et d'unité pour que la région du nord soit la première à réclamer la déclaration d'indépendance du Maroc et la déchéance des clauses de protectorat, considérant que l'unité était la voie à suivre pour construire un nouveau Maroc et qu'elle s'était cristallisée dans plusieurs initiatives militantes et unitaires où la région Nord était la première à demander la déclaration d'indépendance.

L'une des manifestations les plus importantes de l’idéologie unioniste du leader, a précisé Nizar Baraka, était ses efforts inlassables afin d’unifier le mouvement national sous le nom de Parti de l’Istiqlal. Efforts aboutis par la déclaration commune signée le 18 mars 1956, aboutissement des efforts de coordination et de lutte entre les deux parties à tous les niveaux, ainsi l'unité nationale d'action s'est établie entre les ailes du mouvement national d'indépendance au nord et au sud, unité pour laquelle Torres s'est longtemps battu à plus d'un front et a cherché à atteindre à plus d'un niveau. Ce qui a fait de lui un symbole et un atout majeur pour les militants du parti de l’Istiqlal à leur tête le leader national Allal Fassi qui a dit dans une lettre à Fkih Daoud que, Torres par sa position, s’est vu grandir son amour et ma reconnaissance.

Projet, comme l’a fondé feu Allal fassi vise à construire un Maghreb moderne où citoyennes et citoyens jouissent d'unité, de liberté, de démocratie et de justice économique et sociale en tant que projet communautaire axé sur la cohésion sociale et visant à réaliser un développement global et durable, et pour réduire les disparités sociales et géographiques et réaliser l'égalité des chances et la répartition équitable des richesses, l'adoption d'une société équilibrée et solidaire garantit les conditions d'une vie décente à tous,

Il suffit de rappeler certaines des composantes de l'unité pour laquelle les dirigeants du parti de l’Istiqlal, dirigés par Allal Fassi et AbdelKhalek torres, en ligne la philosophie et les objectifs du programme de développement durable des Nations Unies adopté par notre pays, afin de démontrer leur sagesse, leurs points de vue et la largeur de leurs pensées, a précisé le Secrétaire général.

Il a précisé que l’objectif premier de ce projet est de promouvoir le développement dans les zones les plus démunis, en donnant la priorité aux zones rurales, montagneuses, frontalières, oasis et déserts, et non aux zones côtières, où sont concentrés plus de la moitié de la population, plus de 80% des activités industrielles et plus de 50% des structures touristiques, par l'adoption d'une nouvelle perspective de justice et d'équité et de développement, soulignant que les zones rurales, montagnard et frontalière sont les plus touchées par le taux de pauvreté, situation qui a été remarqué par les membres du parti lors des visites et rencontres avec les habitants de ces régions.

Dans cette optique, plaidant les préoccupations des habitants, le Parti de l’Istiqlal a proposé solutions et alternatives par le biais d’initiatives et mémorandums adressées au Chef du gouvernement dans lequel il a appelé le gouvernement à adopter des politiques publiques plus efficaces et à se concentrer sur ces domaines pour réduire les disparités, la mise en place de conditions de vie décentes et la garantie de possibilités de progrès social et de réduction des causes de congestion et de frustration et du sentiment croissant d’injustice et de perte de confiance en un avenir meilleur, ce que le parti a confirmé dans le cadre de sa vision du nouveau modèle de développement, appelant le gouvernement à développer les infrastructures économiques et sociales dans les zones fragiles et à améliorer les conditions de vie de ses habitants afin de leur garantir des services sociaux de base tels qu'une éducation de qualité, des services de santé abordables et un logement décent afin de garantir leur dignité.

La réalisation de ces objectifs et des défis du développement durable ne pourront se faire en excluant et marginalisant ces zones, ajoute Nizar Baraka, En outre, l'absence de sélectivité dans les politiques publiques et la dimension intégrée des projets augmentent la perte de l'effort public, affaiblissent l'efficacité des services fournis et réduisent les opportunités de développement réel. Il a appelé le gouvernement à développer les infrastructures économiques et sociales dans les zones fragiles et à améliorer les conditions de vie de ses habitants afin de leur garantir des services sociaux de base tels qu'une éducation de qualité, des services de santé abordables et un logement décent afin de garantir leur dignité.

Nizar Baraka a insisté sur la nécessité de remédier aux déséquilibres des zones fragiles et à l’exclusion et à la marginalisation de leurs populations, et de leur permettre de bénéficier, sur un pied d’égalité, des services sociaux nécessaires ainsi que de la richesse et des avantages locaux qui leur permettront de mener une vie décente. Et surtout améliorer la scolarisation afin de réduire les disparités et différences entre villes, ces inégalités ont un impact négatif sur la cohésion sociale et accentuent les différences sociales futures qui consolideront l'héritage à long terme de la pauvreté et accentueront les différences intergénérationnelles.

Occasion pour le secrétaire général de rappeler le gouvernement à mettre fin à l'hémorragie de la classe moyenne et au rééquilibrage afin de réduire l'aggravation et l'exacerbation des disparités au sein de la société, s'efforcer de surmonter les conflits de classe et les conflits intercommunautaires et de se concentrer sur la construction d'une société équilibrée et solidaire dans laquelle les différents groupes sociaux sont corporatif et intégrés.

Dans ce contexte, il a aussi appelé le gouvernement à couper avec les politiques menées qui ne font  qu’aggraver les tensions sociales et la pauvreté, la marginalisation, l'exclusion et l'approfondissement du pouvoir d'achat des citoyens, ce qui a été touché lors des manifestations au Rif et à Al Hoceima et Jerada, ainsi que du boycott de certains produits de consommation sans oublier les protestations des professeurs et étudiants en médecine.

Il a aussi demandé à ce que le gouvernement adopte, aujourd'hui, un changement radical d'approche et de politique sociale qui permettrait de faire revivre les espoirs des Marocains, de préserver leur dignité et de faire progresser la crise de confiance qui se creuse et de dissiper les tensions sociales existantes, par la rupture avec la logique de la médiation et des concessions et privilèges visant à construire une société de droits garantie à tous sur un pied d'égalité dans le respect de l'état de droit et de l'efficacité des règles de concurrence honnête contre la pénétration de tendances libérales fondées sur le monopole et la cupidité qui aggravent les disparités sociales et géographiques et menacent la cohésion sociale.

Il a estimé que la propagation de la pauvreté, la vulnérabilité et les maladies sociales résultant de la répartition inégale des richesses menaçait l'unité nationale et la disparition des nobles objectifs pour lesquels les pionniers du mouvement national luttaient et affaiblissait le niveau de confiance des citoyens. Il a appelé le gouvernement à élaborer une politique afin de réduire les disparités sociales et territoriales, à prendre soin des classes pauvres et moyennes, à assurer la promotion sociale des jeunes et à mettre en place une société cohésive et stable dans laquelle les citoyens bénéficient de la répartition équitable des richesses.

Le Secrétaire général a noté que l'investissement dans le facteur humain par le renforcement des capacités, l’amélioration des compétences et des capacités de qualification, constituait un investissement dans l'avenir, un moteur essentiel du développement et un pilier solide de l'unité nationale, ce qui nécessitait l'élaboration d'une stratégie intégrée fondée sur la promotion des valeurs de citoyenneté et le renforcement de l'esprit d'appartenance, les qualifications de l'éducation et de la formation, ainsi que la promotion de l'esprit d'entreprise et de l'innovation afin de parvenir à la croissance économique, à la création de richesse, à la création de valeur ajoutée et au développement social, en particulier pour les jeunes qualifiés.

Expliquant que ce sont là des éléments d'unité dans leur globalité, tels que discutés et défendus par le dirigeant Abdelkhalek Torres, fondés sur une compréhension mûre et une assimilation précoce des problèmes et des aspirations de la nation, éléments qui ont formé l'essence de la pensée istiqlalienne à travers le document de l’égalitarisme économique et sociale crée par le leader Allal fassi, ce qui explique la réactivité et l'harmonie qui ont caractérisé les positions des deux dirigeants et leur lutte commune.

Le Secrétaire général a souligné que, si 49 ans s'étaient écoulés depuis le départ du leader Abdelkhaleq Torres, dirigeant de l'unité, les idées pour lesquelles il s'était battu avec ses collègues du Parti de l’Istiqlal avaient prouvé leurs pertinences au fil des ans, preuve de leurs compatibilités avec les objectifs du développement durable. Notant que le parti Istiqlal, lorsqu'il adhère aujourd'hui à son orientation unitaire, exprime sa fidélité à l'authentique école nationale fondée par les pionniers du premier mouvement national, notamment Abdelkhalek Torres, et pour que les nouvelles générations puissent apprendre de ses nobles positions et de ses actes et tirer des leçons de ses luttes et de ses sacrifices à ce stade où notre pays assiste à une nouvelle révolution du Roi et du peuple afin de construire un nouveau Maroc unifié et démocratique, et de poursuivre la mission istiqlalienne pour le service de notre pays et de consolider les fondements de l'unité, l’honneur et la dignité des citoyennes et citoyens.

En marge de cette commémoration une exposition, de photos du leader, a été organisée ainsi qu'une vidéo montrant les témoignages de nombreux témoins du défunt, notamment au sujet de son lien avec le nord du royaume, enfin des poèmes louant les qualités et les vertus du dirigeant ont été lus.
 
A noter que Nizar Baraka ainsi que les militantes et militants du parti ont visité le sanctuaire du défunt hommage à son âme pur, où ils ont invoqué et loué avec fierté et révérence les efforts du dirigeant Abdelkhalek Torres dans sa lutte désespérée pour la libération de la patrie et son bilan de positions nationales et de ses sacrifices immortels pour l'unité, la fierté et la dignité





Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter











Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube