Menu

La politique gouvernementale n'a pas réussi à éliminer les inégalités et les disparités sociales



Saleh Ogbal a dit qu'il avait espéré que le Chef du gouvernement, dans sa réponse, inclurait un programme spécifique avec des objectifs clairs et des mécanismes pour la mise en œuvre des directives contenues dans la lettre royale à l'occasion du 16ème anniversaire de la fête du trône



Conformément aux dispositions du chapitre 100 de la Constitution dans son troisième paragraphe et aux articles 278 à 283 du règlement intérieur de la Chambre des députés, cette dernière a tenu le 24 juin 2019 sa séance publique mensuelle consacrée aux questions adressées au Chef du gouvernement sur les politiques publiques, et a été marquée par la participation importante du groupe istiqlalien pour l’Unité et l’Egalitarisme, qui s’est  interrogé sur les axes concernant le statut de la communauté marocaine et l'activation de la Charte de la décentralisation administrative, des projets pour le développement des zones enclavées.

Dans ce contexte Saleh Ogbal a dit qu'il avait espéré que le Chef du gouvernement, dans sa réponse, inclurait un programme spécifique avec des objectifs clairs et des mécanismes pour la mise en œuvre des directives contenues dans la lettre royale à l'occasion du 16ème anniversaire de la fête du trône, lorsque Sa Majesté le Roi a appelé à un plan d'action pour faire face aux situations difficiles dans lesquelles les habitants des zones isolées et reculées vivent, plan social ambitieux qui constitue une passerelle afin de redresser ces zones et améliorer le niveau de vie de ses habitants, répondre à leurs aspirations d’une vie digne, à l'horizon de la construction d'une communauté de solidarité, d'égalité, de justice sociale, d'égalité des chances et d'équilibre, loin de la politique gouvernementale qui n'a pas réussi à éliminer les inégalités sociales, loin des solutions provisoires et prothétiques et des procédures disparates consacrées à la mauvaise gestion des politiques publiques en termes de droits économiques, sociaux et humains.

Le représentant parlementaire a ajouté que la réponse du chef du gouvernement reflétait la réalité amère visant à masquer l'échec des politiques publiques menées par le gouvernement pour remédier à la situation des zones reculées et isolées en l'absence de justice et d’équité, à remettre en question la réalité de la justice communautaire à un moment où les habitants de ces régions sont contraints de prendre les animaux pour aller dans les centres ruraux et parcourir de longues distances sur des routes vétustes et non praticables et en l’absence d’infrastructures routières obligé de boire de l'eau peut être impropre à la consommation jusqu’à traverser de grandes distances pour satisfaire des besoins de survie. Les élèves de ces régions doivent parcourir de longues distances à pied pour leur éducation dans des conditions difficiles, et la souffrance des femmes lors des accouchements en l'absence de services de santé, et le besoin pour les enfants de ces régions de s'engager dans des travaux agricoles tandis que leurs semblables passent des moments heureux dans les camps d'été à pratiquer leurs passe-temps favoris.

Il a appelé le gouvernement à avouer aux Marocains que tous les programmes sociaux adoptés depuis 2011 n'ont pas atteint leurs objectifs en l'absence de tout impact direct sur la vie des régions éloignées et isolées, que ce soit pour lutter contre la pauvreté, la fragilité, l'exclusion sociale ou la réhabilitation, améliorer les revenus, corriger le déficit en infrastructures et services essentiels, accéder à un logement adéquat, élargir et réhabiliter l'offre sanitaire, améliorer l'accès aux médicaments, ce qui a exacerbé les conditions sociales dans ces régions, qui sont devenues une situation suffocante, en l'absence de politiques publiques à même de répondre aux attentes des citoyens et à leurs aspirations à une vie décente, une bonne éducation qui garantit la justice sociale et l'égalité des chances dans le domaine de l'éducation et de la formation, des services sanitaires qui garantissent aux citoyens leur droit constitutionnel à la médecine, aux soins, aux couvertures médicales, à la protection sociale, logement décent au lieu de construction aléatoire, maisons en tôle ou maisons en ruine et offrir des opportunités d'emploi aux jeunes.

Le député istiqlalien a rappelé que les problèmes du monde rural et des zones montagneuses éloignées et isolées restent aigus, tant au niveau de l'isolement qu'au niveau de la faiblesse et de la fragilité des réseaux routiers, du niveau des services et équipements sociaux fournis, ou du secteur de l'éducation et des transports scolaires, la déperdition scolaire, ou le secteur de la santé, les mauvais services fournis, le manque de fournitures adéquates, de médicaments, de cadres médicaux et paramédicaux, et leur absence dans certains centres ruraux, sans parler du manque aigu des équipements de base comme l'eau potable et l'électricité, assainissement et autres infrastructures





Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter











Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube