Menu

La question de la femme constitue un sujet de débat majeur



Il n'y a pas de sortie de la crise actuelle sans que les femmes marocaines soient un acteur et un bénéficiaire des fruits du nouveau modèle de développement.



La femme a été au centre des débats des travaux de la quatrième session ordinaire du Comité central du parti, le 28 septembre à El-Jadida, dans le cadre de l'activation de la nouvelle stratégie visant à promouvoir le débat en rendant chaque session du Comité central une occasion à présenter et à discuter d'un rapport thématique de l'un des comités permanents chargé d'une thématique d'importance et d'actualité sur la scène nationale.

Rappelant que les dernières sessions ont été consacrées à la réforme de l'éducation, du statut des Marocains dans le monde et des éléments de la pleine citoyenneté.


Dans son discours, Nizar Baraka, a tout d’abord relaté la situation de la femme qui a malheureusement régressée malgré les progrès réalisés sur le plan constitutionnel, grâce à la lutte  depuis l'indépendance des générations d'acteurs nationaux, démocratiques et des droits de l'homme contre toutes les formes de discrimination dans tous les domaines de la vie.


 

Il a précisé que malgré la volonté politique et les efforts consentis, de nombreux indicateurs sont aujourd'hui préoccupants à savoir l'augmentation continue de l'analphabétisme des femmes, qui est de 46% et surtout le taux élevé et la précocité de l’abondant scolaire qui empêchent 60% des filles du monde rural de s'intégrer économiquement et socialement.

Soulignant la diminution systématique de la contribution des femmes à la population active, où elles ne représentent que 22 % de la population active, le chômage des femmes est deux fois plus élevé que celui des hommes, la promotion sociale des femmes est bloquée. Outre le retour des mentalités et des pratiques qui excluent les femmes de la vie publique qui peut-être à la base de la violence croissante dont les femmes en souffrent, notamment dans l'espace public, dans les réseaux sociaux et dans les médias.


Si le parti de l’Istiqlal se tient aujourd'hui aux côtés de la réalisation des droits de la femme marocaine et de la promotion de son statut qui lui permettra d'avoir une citoyenneté pleine et entière, il ne le fait pas par souci d'urgence, de transition politique ou pour suivre les formalités du changement aux niveaux national et international mais par ce que la sensibilisation des femmes est une composante enracinée dans l'esprit intellectuel, militant et politique du Parti et une référence fondamentale dans sa littérature, ses documents, ses organisations centrales, locales et sectorielles, précise le secrétaire général qui a rappelé dans ce sens la part importante des questions relatives aux femmes dans la pensée du dirigeant Al-Fassi, qui était très présent dans ses diverses productions doctrinales, juridiques, littéraires et politiques, et a appelé à leur libération des contraintes des coutumes et traditions usées et non développées, et ce faisant, dit le leader Allal Fassi dans (l’Autocritique)

« Je crois que notre nation et une nation sur terre n'a pas de vie tant que la femme est privée de ses droits et de son devoir ».


Dans ce sens et afin d’instaurer et promouvoir le principe de l’égalité hommes-femmes il faut impérativement garantir les droits économiques et sociaux des écolières, des épouses, des avec une protection juridique et des mécanismes institutionnels pour combattre toutes les formes de discrimination, les stéréotypes abusifs et les programmes de développement visant à redresser la situation des femmes vulnérables, en particulier dans le monde rural, et de renforcer la participation politique des femmes actives et leur participation aux décisions et leur contribution au développement.


Rajoutant que les questions relatives aux femmes marocaines et l'amélioration de leur situation ne sont plus seulement une question de droits de l'homme ou une priorité supplémentaire dans le cadre des mesures visant à suivre le rythme des stratégies de développement ou une façade pour améliorer l'image du Maroc à l'étranger, mais font désormais partie intégrante de la question du développement dans ses dimensions globales et technologiques.

Ses objectifs, soulignant que le Parti de l’Istiqlal et dans sa vision du nouveau modèle de développement considèrent que les femmes sont au cœur de ce modèle souhaité et qu'il n'est pas possible de réaliser les transitions dont le parti aspire pour sortir de la crise sans que les femmes soient parties et acteurs et bénéficient des fruits du nouveau modèle de développement.


Enfin et en vue de renforcer les capacités des femmes, Nizar Baraka, plaide en faveur d'une stratégie globale de reconnaissance du travail des femmes en général, en particulier du travail domestique et en milieu rural, de valorisation et de rémunération équitable, en plus de plaider pour l'adoption de la " participation à la propriété acquise comme règle possible dans le cadre de la relation conjugale et pour l'accompagnement de l'entrepreneuriat des femmes, à la fois dans le plaidoyer, dans la proposition et dans l'initiative législative pour développer et accroître l'accès des femmes au financement, en particulier pour les institutions de l'économie sociale et solidaire, qui se caractérisent par une participation importante des femmes à leurs activités génératrices de revenus, en plus de chercher à changer les mentalités et les pratiques pour faciliter l'activation des nouvelles exigences légales sur l'égalité dans le domaine de l'immobilier entre hommes et femmes par rapport aux terres collectives, qui est certes une grande réalisation grâce aux luttes du mouvement national des femmes.






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter






Mizane l'application mobile "All in one du Parti de l'Istiqlal





Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube