Menu

M. Nizar Baraka, invité de la Fondation Lafqih Tetouani





M. Nizar Baraka, invité de la Fondation Lafqih Tetouani

Lors de son intervention dans la dernière édition des «Hadiths Ramadaniens» organisé par la Fondation Lafqih Tetouani, M. Nizar Baraka a affirmé que les citoyens sont tenus de voter intensivement aux prochaines élections, selon leurs convictions, pour sauver le pays de la crise dans laquelle il vit, améliorer leurs conditions de vie, travailler pour se développer et réaliser le développement, et faire progresser le monde rural, ainsi que toutes les régions du Royaume, en particulier les oubliées.

Le Secrétaire général a souligné que ces élections comportent de nombreux enjeux majeurs, dont le premier est l'intégrité territoriale, en particulier après les multiples succès diplomatiques que le Maroc a obtenus concernant le dossier du Sahara marocain, sous la direction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Il a également incité à l'urgence de renforcer le front intérieur, fortifier la dimension démocratique, et d'autre part l’enjeu lié à la nécessité de sortir de la crise et aux multiples répercussions de la Covid-19 après avoir enregistré une récession économique, et des taux de pauvreté et de chômage croissants qui ont atteint plus d'un million et demi de chômeurs, dont 80% ont perdu leur emploi pendant la pandémie en raison de la non-activation du mécanisme d'indemnisation en cas de perte d'emploi dans une mesure adéquate, car il n'a pas bénéficié de cette indemnité que 15 mille personnes sur 350 mille qui ont perdu leur source de revenus.

Alors qu'il était l’invité du lundi 3 mai 2021 par la Fondation Lafqih Tetouani dans sa série des « Hadiths Ramadaniens » avec les chefs de partis politiques, sur le thème des "Programmes des partis: entre l’enjeu électoral et les attentes de la société", le Secrétaire général a ajouté que, malheureusement, personne ne prédit ce que l'avenir nous réserve en termes de répercussions à la lumière de la pandémie persistante, après l'apparition des cas infectés par le variant indien.

M. Nizar Baraka a souligné la nécessité de restaurer la confiance des citoyens dans l'action politique, en particulier les institutions élues, et de concrétiser le nouveau modèle de développement, en invoquant ici le mémorandum présenté par le Parti de l'Istiqlal à cet égard, qui souligne la nécessité de rompre avec un ensemble de politiques dépassées, et donc la nécessité d'une grande capacité de réforme, et un rythme de travail rapide et efficace, ainsi qu’une harmonie du travail gouvernemental pour atteindre divers objectifs.

M. Nizar Baraka a mis en garde contre les conséquences d'une collision entre les classes de la société après que la disparité sociale ait continué à s’élargir pour atteindre des niveaux records entre 2014 et 2019, c'est-à-dire avant les répercussions de la pandémie, soit une moyenne de 46%, évoquant dans le même contexte le monopole de 20% des Marocains pour plus de 53,3% de la richesse du pays. Il a exprimé ses regrets face à la politique du gouvernement qui défend les intérêts d'une classe étroite et exclu le reste des Marocains. Il a également noté le grand déclin de la classe moyenne et les conditions difficiles vécues par une large classe d'artisans et de professions informelles.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter










Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube