Menu

Manifeste de l'indépendance du 11 Janvier 1944




Contenu provisoire en cours de révision

Le 8 novembre 1942, au Maroc, alors sous protectorat français, les Anglo-américains débarquent sur les plages casablancaises dans le cadre de l'opération Torch. Cet événement suscite la satisfaction des nationalistes marocains.

En janvier 1943, le sultan Mohammed V se voit confirmer le soutien de l'Amérique à l'indépendance du Maroc, une fois la guerre finie, par le président Roosevelt en marge de la conférence d'Anfa.

Le 18 décembre 1943, les anciens cadres encore en liberté du Parti National interdit en 1937 et dont les principaux dirigeants (Allal el Fassi, Mohamed Hassan el Ouazzani, etc.) sont encore en prison ou en exil organisent clandestinement à Rabat le congrès fondateur du Parti de l'Istiqlal.

Le Manifeste de l'Indépendance, dont Ahmed El Hamiani khatat et Ahmed Bahnini, avocats du parti, sont les rédacteurs de la version originale amendée par leurs compagnons, est en fait le programme du Parti qui mènera le Maroc à l'indépendance.

Le 11 janvier 1944, alors que l'issue incertaine de la Seconde Guerre mondiale semblait malgré tout évidente aux plus lucides, 66 marocains prennent le risque énorme à l'époque de signer un manifeste public revendiquant l'arrêt de la colonisation et l'indépendance du Maroc.

Les principaux dirigeants nationalistes toutes origines confondues se regroupent autour du manifeste pour l'indépendance, constituant une mouvance politique réelle, représentative de la société marocaine et de tous les milieux, urbains et ruraux. Ils décident ensemble et d'emblée de s'en remettre au sultan Mohammed V, auquel ils soumettaient ainsi leur revendication.

Tous font partie du panthéon marocain : grands résistants avant l'indépendance, les signataires sont devenus ensuite les symboles du Maroc libre et les hommes clés de la construction du nouveau Maroc.

Texte du Manifeste l’Indépendance du 11 janvier présenté par les nationalistes de toutes tendances au sultan Mohamed V :

1-Considérant que le Maroc a toujours constitué un État libre et souverain, et qu’il a conservé son indépendance pendant treize siècles jusqu’au moment où, dans les circonstances particulières, un régime de protectorat lui a été imposé ;
2-Considérant que ce régime avait pour fin et pour raison d’être de doter le Maroc d’un ensemble de réformes administratives, financières et militaires, sans toucher à la souveraineté traditionnelle du peuple marocain sous l’égide de son Roi ;
3-Considérant qu’à ce régime, les autorités du Protectorat ont substitué un régime d’administration directe et d’arbitre au profit de la colonie française, dont un fonctionnariat pléthorique et en grande partie superflu, et qu’elles n’ont pas tenté de concilier les divers intérêts en présence ;
4-Considérant que c’est grâce à ce système que la colonie française a pu accaparer tous les pouvoirs et se rendre maîtresse des ressources vives du pays au détriment des autochtones ;
5-Considérant que le régime ainsi établi a tenté de briser, par les moyens divers, l’unité du peuple marocain, a empêché les Marocains de participer de façon effective au gouvernement de leur pays et les a privés de toutes les libertés publiques individuelles ;
6-Considérant que le monde traverse actuellement des circonstances autres que celles dans lesquelles le protectorat a été institué ;
7-Considérant que le Maroc a participé de façon effective aux guerres mondiales aux côtés des Alliés, que ses troupes viennent d’accomplir des exploits qui ont suscité l’admiration de tous, aussi bien en France, qu’en Tunisie, en Corse, en Sicile et en Italie, et qu’on attend d’elles une participation plus étendue sur d’autres champs de bataille ;
8-Considérant que les alliés qui versent leur sang pour la cause de la liberté, ont reconnu dans la Charte de l’Atlantique le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et qu’ils ont récemment, à la Conférence de Téhéran, proclamé leur réprobation de la doctrine qui prétend que le fort doit dominer le faible ;
9-Considérant que les Alliés ont manifesté à différentes reprises leur sympathie à l’égard des peuples musulmans et qu’ils ont accordé l’indépendance à des peuples dont le patrimoine historique est moins riche que le nôtre, et dont le degré de civilisation est d’un niveau inférieur à celui du Maroc ;
10-Considérant enfin que le Maroc constitue une unité homogène, qui, sous la Haute direction de son Souverain, prend conscience de ses droits et de ses devoirs, tant dans le domaine interne que dans le domaine international et sait apprécier les bienfaits des libertés démocratiques qui sont conformes aux principes de notre religion, et qui ont servi de fondement à la Constitution de tous les pays musulmans.

Décide :

A- En ce qui concerne la politique générale :

De demander l’indépendance du Maroc dans son intégrité territoriale sous l’égide de Sa Majesté Sidi Mohammed Ben Youssef, que Dieu le glorifie ;
De solliciter de Sa Majesté d’entreprendre avec les nations intéressées des négociations ayant pour objet la reconnaissance et la garantie de cette indépendance, ainsi que la détermination dans le cadre de la souveraineté nationale des intérêts légitimes des étrangers au Maroc.
De demander l’adhésion du Maroc à la Charte de l’Atlantique et sa participation à la Conférence de la paix.

B- En ce qui concerne la politique intérieure :

De solliciter de Sa Majesté de prendre sous Sa Haute direction le Mouvement de réformes qui s’impose pour assurer la bonne marche du pays, de laisser à Sa Majesté le soin d’établir un régime démocratique comparable au régime de gouvernement adopté par les pays musulmans d’Orient, garantissant les droits de tous les éléments et de toutes les classes de la société marocaine et définissant les devoirs de chacun. »

Les 66 signataires du Manifeste de l’indépendance

Mohammed Benlarbi al-Alami
Abdelkader Hassan El Assimi
Ahmed Bahnini
Ahmed Balafrej
M'hamed Belkhadir
Kacem Benabdeljalil
Omar Benabdeljalil
M'hammed Ben-Azzouz
Mehdi Ben Barka
Ahmed Benbouchta
Omar Benchemssi
Ahmed Benchekroun El Meknassi
Ahmed Bendella
Abdelaziz Bendriss Amraoui
Abdelkrim Benjelloun Touimi
el-Hassan Benjelloun
Seddick Benlarbi
Jilali Bennani
M'hamed Ben Jilali Bennani
Mohamed El Bekkali
Mohammed Bensouda
Abderrahim Bouabid
Mohamed Bouamrani
El Hassan Bouayad
Ahmed Cherkaoui
El Hafiane Cherkaoui
Messaoud Chiguer
Mohamed Diouri
Abdelkbir Ben Mehdi El Fassi
Malika Belmehdi El Fassi
Mohamed Ghali El Fassi
Mohamed El Fatimi El Fassi
Abdelkbir Fassi-Fihri Ben Hfid
Abdelwahab El Fassi-Fihri
El Hachemi El Filali
M'barek Al Gharras
Mohamed al-Ghazi
Mohamed el-Hamdaoui Taghi
Ahmed El Hamiani Khatat
Nasser Al Hussaïni
Abdallah Ibrahim
Bouchta Jamai
Mohamed el-Jazouli
Othman Jorio
Mohammed Laghzaoui
Ahmed Lyazidi
Mohamed Lyazidi
Ahmed el-Manjra
Ahmed Mekouar
Abdeslam El Mestari
Mohammed El Mestassi
Driss M’hammedi
El Hussaïne Benabdellah El Ouarzazi
Abdeljalil El Kabbaj
Boubker El Kadiri
Abdallah Rahmani
Abdallah Regragui
Mohamed Rifaï
Mohamed Ben Abderrahmane Saâdani
Boubker Sbihi
Ali ben lamrabet
Abdelhamid Zemmouri
Amr Zemmouri
Mohamed Zeghari
Kacem Zhiri
Tahar Ben El Fqih Abi Bakr Zniber.




Inscription à la newsletter










Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube