Menu

Mohamed Al Hafed: Pourquoi exclure le secteur agricole des subventions du COVID-19?






Le Groupe Istiqlalien de la Chambre des Représentants a participé à la session tenue le lundi 12 octobre 2020, au cours de laquelle M. Mohamed Al Hafed est intervenu dans la discussion de la question orale relative au projet de lancement de la campagne agricole et de rééquilibrage des chaines de production agricole et de la pêche. Mohamed Al Hafed s'est interrogé sur les raisons de l’exclusion du secteur agricole des subventions à la lumière des répercussions de la pandémie du Coronavirus, soulignant la nécessité d’intégrer les directives du discours Royal à l'occasion de l'ouverture de l'année législative, lorsque Sa Majesté le Roi a insisté sur le fait de donner à l'agriculture et au développement rural l'importance nécessaire dans le processus de relance de l'économie nationale. Ce qui suit est le discours prononcé par le membre Istiqlalien du groupe:

Pourquoi et comment le secteur agricole ainsi que les petits et moyens agriculteurs ont-ils été exclus des subventions à la lumière des répercussions de la pandémie du Coronavirus. En effet, la situation du secteur agricole est compliquée à cause de la succession d'années de sécheresse et de rudes conditions climatiques coïncidant avec la situation épidémiologique, en l'absence de toute vision gouvernementale avec des objectifs et des moyens spécifiques pour faire face aux répercussions de la pandémie sur le secteur agricole, et ses effets négatifs, non seulement sur le niveau de production et de rendement, mais aussi sur les revenus des agriculteurs, qui représentent plus de 14 millions de Marocains qui dépendent des activités agricoles comme source de subsistance.

Nul ne doute que vous avez compris les directives du discours Royal à l'occasion de l'ouverture de l'année législative où Sa Majesté le Roi a affirmé qu’on devrait donner à l'agriculture et au développement rural l'importance nécessaire dans le processus de relance de l'économie nationale et d'accélérer la mise en œuvre de ses programmes, y compris l'extension de la superficie des terres irriguées, l'investissement optimal des terres collectives pour faciliter l'intégration professionnelle dans le monde rural.

Pensez-vous que les mesures dont vous avez parlé permettent de remédier à la situation difficile du secteur agricole et de surmonter les effets négatifs que subissent les agriculteurs pour faire bouger la production, parvenir à une agriculture durable et réduire la pauvreté?
Qu'est-ce que le gouvernement a proposé aux agriculteurs pour les intégrer dans le cycle de production et leur permettre de surmonter les contraintes de la campagne agricole, qui démarrera dans moins d'une semaine, en l'absence de communication avec eux concernant la détermination des prix des semences, des engrais et autres coûts de production?

 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter










Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube