Menu

Noureddine Rafik: L'absence du secteur de l'immobilier et de la construction dans les efforts déployés pour la lutte contre le COVID-19





Noureddine Rafik: L'absence du secteur de l'immobilier et de la construction dans les efforts déployés pour la lutte contre le COVID-19

Le groupe Istiqlalien de l’unité et de l’égalitarisme a participé à la session de questions orales de la Chambre des représentants qui s'est tenue le lundi 29 juin 2020, où ses membres se sont concentrés sur un certain nombre de sujets qui préoccupent les citoyens marocains concernant les secteurs du logement, de la culture, de la jeunesse, des sports, de la solidarité et du développement social.

A cet égard, M. Noureddine Rafiq a abordé la question orale principale sur «la stratégie de sortie de la crise que connaît le secteur de l'immobilier et de la construction», soulignant, au début, que la présentation faite par Mme la Ministre montre clairement l'absence de ce secteur vital dans les efforts déployés pour répondre aux exigences de l'étape de lutte contre la pandémie du Coronavirus, avec l'urgence requise et des mesures pour suivre le rythme des activités liées aux secteurs concernés après une cessation quasi totale de ces activités.

Le membre du groupe Istiqlalien a ajouté que les projets de l'industrie de la construction ont connu un arrêt de plus de 90%, ce qui est risqué pour le futur du secteur, le sort des entreprises qui y opèrent et le sort des travailleurs dans ces entreprises en l'absence de tout soutien ou mesure pour protéger le secteur et le relancer. Il a ajouté que le gouvernement devrait prendre des mesures urgentes pour sauver le secteur grâce à un plan d'urgence qui s'étend sur une période d'au moins un an, visant à relancer le logement économique et social et relancer la demande et l'industrie de la construction, pour encourager les promoteurs immobiliers à accorder des réductions de prix, avec l'engagement des banques à encourager le financement des acheteurs et à augmenter le niveau d'investissement dans le financement du logement social, tout en garantissant la flexibilité et la rationalisation des procédures administratives, la rapidité du traitement des dossiers de financement, et l’adoption des mesures fiscales incitatives qui répondent aux exigences de cette étape.

M. Rafik a souligné que la période post-Corona interpelle la politique sectorielle sur le sort des programmes de logement liés à la réduction du déficit de logements, soit en éliminant les logements inadaptés et en améliorant les conditions de vie des familles nécessiteuses, notamment en ce qui concerne le programme des villes sans bidonvilles, le programme de réhabilitation des bâtiments menaçant ruine, le programme de restructuration des quartiers non réglementaires et la réhabilitation urbaine, ou en diversifiant l'offre de logement représentée par le programme de logement social avec un coût de 250 000 dirhams, le programme de logement social à bas prix et le programme de logement de classe moyenne.

Cette situation remet également en cause la politique sectorielle sur le sort des projets liés à l’urbanisme, l’aménagement du territoire national et au soutien au développement territorial.

Le député a indiqué que le monde rural sera la première victime dans ce domaine si le gouvernement ne prend pas les mesures adéquates pour soutenir la population rurale qui souffre des conséquences de la pandémie et de la sécheresse afin que cette situation ne constitue pas une opportunité de l’exode rural urgent à grande échelle.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter











Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube