Menu

Pour que la réalisation de la Charte mène vers une décentralisation administrative véritable et efficace.



Une grande partie des échecs de développement de notre pays est due à la domination de l'administration centrale dans la prise de décision en matière de développement.



Conformément aux dispositions du chapitre 100 de la Constitution dans son troisième paragraphe et aux articles 278 à 283 du règlement intérieur de la Chambre des députés, cette dernière a tenu le 24 juin 2019 sa séance publique mensuelle consacrée aux questions adressées au chef du gouvernement sur les politiques publiques, et a été marquée par la participation importante du groupe istiqlalien de l’Unité et de l’Egalitarisme, Où il s'est interrogé sur les axes concernant le statut de la communauté marocaine et l'activation de la charte de la décentralisation administrative, ainsi que sur les projets de développement des zones isolées.

Dans ce contexte Rafia Mansouri a pris la parole, rappelant que la constitution de 2011 qui fait déjà huit ans, dans son chapitre 145 l'essentiel de ce qui est énoncé dans le décret comme Charte de la non concentration  administrative, charte qui est restée lettre morte dans le programme gouvernemental du premier et du second gouvernement, malgré que Sa Majesté Le roi l'a réclamé à plusieurs reprises, notamment dans son discours à l'ouverture de la première session législative de la deuxième année législative, afin de renouveler les directives de Sa Majesté au gouvernement pour accélérer la publication de cette importante Charte.

Mansouri a expliqué que le groupe istiqlalien espère que cette charte soit téléchargée avec la gouvernance et la responsabilité nécessaires, pour constituer une véritable révolution dans la voie de la démocratisation de l'affaire publique, et pour réduire le fardeau de la concentration administrative et élargir la base de la prise de décision de développement basée sur les besoins fondamentaux de la priorité expressive locale et régionale, et améliorer l'efficacité et la performance des projets publics et leur bonne exécution

Mansouri a noté l'étonnement du groupe istiqlalien face à l'invisibilité absolue et totale de toute citation ou référence au programme gouvernemental en tant que cadre contractuel entre le législatif et l'exécutif.

Elle a aussi considéré qu’une grande partie des défauts de développement dans notre pays est due non seulement à la faiblesse des ressources matérielles, techniques ou humaines, mais également au fait que l'administration centrale a dominé le processus décisionnel en matière de développement sans tenir compte des besoins prioritaires exprimés localement, ainsi que de l'absence d'intransigeance et d'une coordination efficace entre les intérêts décentralisés des secteurs ministériels et des institutions publiques, qui opèrent malheureusement sous la forme d'îles isolées, ainsi que l'absence de toute coordination avec les collectivités territoriales, qui ne trouvent aucune efficacité ou capacité de décision sur la décision des interlocuteurs locaux des administrations décentralisées ; L'école est établie en l'absence de route, les hôpitaux sont inaugurés en l'absence d'électricité et d'eau potable, ainsi que l’établissement des centres universitaires dans des zones sans consulter l'acteur local, et même dans de nombreux cas au-dessus des agendas partisans ou de représailles, et dans de nombreux cas, de décider de la supériorité des projets de luxe à l'échelle des besoins des habitants de la ville par opposition aux priorités locales.

Elle a noté que de nombreux projets publics étaient planifiés et réalisés sans étude de faisabilité, même s'ils avaient été réalisés par les bureaux d'études, qu'ils étaient absents de l'opinion de l'acteur local, notamment des institutions élues, et que leurs effets réels n'étaient pas évalués après leur achèvement, ce qui fait que nous sommes aujourd'hui devant des centaines de centres sanitaires fermés et négligés, et devant des dizaines de routes sans pouvoir désenclaver les daaouirs et les patelins , devant des écoles éloignées des communautés, et des enfants obligés de parcourir plusieurs kilomètres pour y aller,
Pour la demande sociale de plus de 29 000 douars classés dans le niveau de précarité et de pénurie aiguë de services de développement, qui gaspille un effort majeur d'investissement et de développement, l'habitant reste la première et dernière victime, le ralentissement du gouvernement en matière de décentralisation administrative ayant nui au développement du pays, Les réalisations sont simplement des indicateurs sans esprit et sans impact significatif sur le développement du citoyen.

Mansouri a ajouté que le choix démocratique adopté par la Constitution est indivisible: l'importante voie empruntée par notre pays dans le domaine de la décentralisation, qui se dirige vers une large régionalisation, se heurte aujourd'hui à un obstacle structurel, caractérisé par des vitesses variables de la décentralisation administrative en échange d'une longue expérience de la décentralisation. En profondeur, cette décision stratégique de notre pays, et même contribue à l'érosion de la confiance dans l’élu et l'acteur politique.
La représentante parlementaire a souligné que la Charte n'était pas une fin en soi, étant donné que de nombreux textes juridiques et réglementaires restaient lettre morte en l'absence de volonté politique forte pour les transformer en actes. La centralisation administrative est une culture et une conviction avant qu'il ne s'agisse de procédures et de dispositions légales, exigeant que le gouvernement ait une vision claire pour déléguer une partie importante des compétences de ses ministres et sous leur responsabilité à leurs représentants locaux, nécessitant le redéploiement de compétences administratives qualifiées, et aussi pour réaliser la répartition paritaire, si le nombre des employés des secteurs gouvernementaux, institutions publiques et groupes fonciers était 800.00, dont 76% étaient basés dans six parties du royaume, ainsi que la nécessité de mettre en place une politique intégrée de stimulation pour permettre les corps moins encadrés des mêmes compétences humaines
Elle a pris note Les objectifs de la Charte réalisent une partie importante de la vision, du groupe istiqlalien, de la décentralisation administrative, en particulier au niveau de la décentralisation du travail gouvernemental au niveau local, et que ses buts justifiés sont également atteints par une coordination plus systématique avec les collectivités territoriales en tant qu'expression légitime de la volonté locale des citoyens marocains. L'intégration d'une interface de coordination doit prévaloir avant tout dans l'intérêt du citoyen et de ses besoins prioritaires. Par conséquent, les efforts du gouvernement ne doivent pas se concentrer uniquement sur la coordination et la rationalisation de ses programmes, mais plutôt sur la coordination intégrée avec les programmes et la vision des collectivités territoriales. Pour que la réalisation de cette Charte mène vers une décentralisation administrative véritable et efficace.





Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info



Inscription à la newsletter











Portail Istiqlal.info


Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube