Menu

Réunion hebdomadaire du groupe Istiqlalien à la Chambre des Représentants



-Appeler le gouvernement à accélérer l'adoption des mesures nécessaires pour protéger les artisans du vagabondage et de la disparition.
- La loi de Finances est incapable de remédier aux déséquilibres sociaux et économiques inextricables
-La nécessité pour le gouvernement de respecter l'institution législative afin d'exercer pleinement ses prérogatives constitutionnelles
- Le gouvernement se cache derrière la pandémie du Coronavirus pour justifier son évasion du contrôle parlementaire de l'action gouvernementale




Le groupe Istiqlalien de l'unité et de l'égalitarisme à la Chambre des représentants a tenu sa réunion hebdomadaire sous la présidence de M. Noureddine Moudian, chef du groupe, le lundi 2 novembre 2020. L’agenda comprenait un certain nombre de points qui concernaient les activités du groupe et de l'institution législative à la lumière de la Covid-19. La discussion a porté sur les enjeux économiques et sociaux, et l’attention a été appelée sur la gravité de la situation de crise dans le pays avec la baisse du taux de croissance et l'exacerbation du taux de chômage en raison de l'échec du gouvernement dans ses orientations politiques et économiques.

Les membres du groupe ont également discuté de la situation de crise des travailleurs du secteur de l'artisanat, dont le nombre varie entre deux et trois millions d'artisans, appelant le gouvernement à accélérer les mesures nécessaires pour les protéger du vagabondage et de la disparition. Les membres du groupe ont exprimé leur mécontentement face à la politique du gouvernement qui manque de transparence et de clarté face au peuple marocain, et à se cacher derrière la pandémie du Coronavirus pour justifier son évasion du contrôle parlementaire de l'action gouvernementale.

Les membres du groupe Istiqlalien ont souligné la nécessité pour le gouvernement de respecter l'institution législative afin d'exercer pleinement ses compétences constitutionnelles, quelles que soient les circonstances, soulignant que la Covid-19 ne justifie pas l'adoption de certains projets de loi sans examen et discussion approfondis.

Les membres du groupe ont souligné l'importance des discussions au sein des commissions permanentes concernant les sous-budgets des secteurs ministériels, notant le danger de restreindre ces discussions en réduisant le nombre de participants et la durée des discussions.
  
Les membres du groupe ont expliqué que la discussion sur le projet de loi de Finances pour 2021 devrait être approfondie et prendre suffisamment de temps, car elle constitue l’orientation du gouvernement vers le progrès économique et social du pays, soulignant que le projet de loi actuel est incapable de remédier aux déséquilibres sociaux et économiques inextricable. Ce projet devrait répondre aux besoins des citoyens, répondre aux attentes du tissu des entreprises et offrir des opportunités d'emploi. Les membres du groupe ont souligné l'augmentation du taux de chômage et la perte d'environ 590 000 opportunités d'emploi au cours des derniers mois, alors que le taux de chômage est passé à environ 14,4%. Les jeunes et les femmes sont les plus touchés.
 
 
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter










Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube