Menu

Un mémorandum conjoint des Partis de l'opposition pour une véritable réforme politique






M. Nizar Baraka, secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, a confirmé dans une déclaration aux médias aujourd'hui, en marge de la conférence de presse tenue par les partis de l'opposition (Parti de l'Istiqlal - Parti de l'authenticité et de la modernité - Parti du progrès et du socialisme) pour présenter le mémorandum conjoint sur les réformes politiques et électorales, que cette conférence est l'occasion de présenter les perspectives des partis de l’opposition concernant les élections.

Concernant les réformes directes liées au processus électoral, M. Nizar Baraka a déclaré que les partis de l'opposition proposent la création d’une Commission chargé de superviser les élections au niveau national, ainsi qu'aux niveaux local et régional, sous la direction des juges, et d'y assurer une représentation des partis politiques pour suivre le processus électoral.

Parmi ces réformes, le Secrétaire général a souligné que pour ouvrir la voie à l'inscription des jeunes sur les listes électorales, les partis de l'opposition ont suggéré d’appliquer l’inscription automatique pour les jeunes de 18 ans et de maintenir l'inscription ouverte via Internet face à toutes les citoyennes et citoyens pour l’inscription ou pour modifier leur lieu de résidence.

M. Nizar Baraka a également noté que la tenue des élections législatives et les élections communales et régionales sera le même jour, afin d'assurer un taux de participation élevé et d'améliorer la crédibilité des institutions élues, puisque 2021 est considérée comme une année électorale qui aura lieu dans des circonstances particulières, en raison du COVID-19 et de ses répercussions économiques et sociales, parallèlement au problème lié à l'abstention.

M. Nizar Baraka a ajouté que le mémorandum soulignait la possibilité d'assurer un taux de participation élevé afin de donner de la crédibilité à l'équipe qui sera majoritaire, car celle-ci est amenée à faire face à des défis majeurs résultant des répercussions de la crise du COVID-19, dont les signes ont commencé à se manifester notamment à travers des taux élevés de chômage, de pauvreté et de fragilité, ainsi que la concrétisation du nouveau modèle de développement pour sortir de ces politiques qui ont élargi les disparités sociales et territoriales et rendu les jeunes sans espoir pour l'avenir.

Le Secrétaire Général a estimé que ce mémorandum conjoint vient renforcer le choix démocratique, développer le parcours institutionnel et la pratique politique, consolider la crédibilité des institutions élues afin d'assumer pleinement leurs rôles et fonctions constitutionnelles, encadrer les différents processus électoraux avec plus de garanties liées à l'intégrité et la transparence des élections et la crédibilité de leurs résultats, et renforcer l'atmosphère de confiance, de concurrence loyale et d'égalité des chances. M. Nizar Baraka noté que les partis de l’opposition parient sur ces réformes politiques, institutionnelles et juridiques pour réhabiliter le champ politique, reconsidérer l'action politique et restaurer la confiance des citoyens dans le processus politique, ce qui renforcera la démocratie dans ses dimensions représentative, citoyenne et participative, et consolider l'état de droit et d'institutions.
 






Avertissement : Il est à noter que la version officielle de ces publications demeure la version en arabe publiée sur le portail istiqlal.info




Inscription à la newsletter










Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube